h.a.a
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Lot de 50 masques à 10.99 €
Voir le deal
10.99

Introduction

Aller en bas

Introduction Empty Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 18:10

Protohistoire


Préhistoire : Paléolithique, Mésolithique, Néolithique.
Protohistoire : Âge du cuivre, Âge du bronze, Âge du fer.
Histoire : Antiquité, Moyen Âge, Époque moderne.

La Préhistoire est définie comme la période comprise entre l’apparition de l’Homme et l’apparition des premiers documents écrits. Si l'Histoire commence avec l'écriture, celle-ci n'apparaît toutefois pas simultanément dans toutes les régions du monde. La notion de Protohistoire a donc été introduite pour nommer l'étape au cours de laquelle des populations ne possèdent pas elles-mêmes l’écriture, mais sont mentionnées par des textes émanant d’autres peuples contemporains.

Progressivement, la définition de la Protohistoire a intégré des paramètres économiques et sociaux : la Protohistoire désigne aujourd'hui pour la majorité des auteurs une période durant laquelle la subsistance des populations humaines est assurée par la production. Les groupes d’éleveurs et d’agriculteurs, souvent sédentaires, exploitent des ressources qu’ils maîtrisent et qu’ils gèrent en partie. La Protohistoire comprendrait alors le Néolithique, le Chalcolithique, l'Âge du bronze et l’Âge du fer. Elle est caractérisée par une structuration croissante de la société (modification de l’habitat, agglomération, socialisation avancée, hiérarchisation, pouvoir administratif, économie avancée, monnaie, échanges commerciaux, etc.).

Elle s'oppose :

* d'une part à la Préhistoire, qui la précède et qui concerne les populations dont la subsistance est assurée par la prédation. Les groupes de chasseurs-cueilleurs, pêcheurs, collecteurs exploitent des ressources naturelles disponibles sans les maîtriser. La Préhistoire stricto sensu comprendrait donc le Paléolithique, l’Épipaléolithique et le Mésolithique.
* d'autre part à l'Histoire, qui lui succède et qui concerne les populations de producteurs ayant adopté l'écriture mais aussi le plus souvent un pouvoir centralisé.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 18:15

Chronologie :

En archéologie, la périodisation est plus difficile à cerner, étant donné que les données recueillies varient considérablement selon la culture, selon la région considérée, ou même selon le système chronologique employé. Ces problèmes de chronologie sont discutés dans l'article sur la Préhistoire.
Pour simplifier, il est possible d'assimiler la Protohistoire aux âges des métaux :

* Âge du cuivre ou Chalcolithique (quoique celui-ci soit discuté et est plutôt généralement rattaché à la Préhistoire).
* Âge du bronze
* Âge du fer

Introduction Chronologievh5
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 18:17

Civilisations et peuples

Les civilisations ou les ethnies protohistoriques les mieux connues (celles pour lesquelles la discipline a été forgée) sont les « barbares » européens. En raison de leurs mouvements historiques, de leurs origines protohistoriques et de la formation d'aires culturelles homogènes dès la préhistoire, leur étude empiète sur trois disciplines et couvre les trois ères de l'Histoire humaine.

* Alains
* Bulgares
* Celtes : Gaulois (ex: Protohistoire des Celtibères)
* Daces
* Germains : civilisation germanique
* Helvètes
* Huns
* Magyars
* Numides
* Parthes
* Sarmates
* Scythes
* Slaves
* Thraces
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 20:26

Chalcolithique

-4000 à -2000

Le nom Chalcolithique a été forgé par les préhistoriens à partir des racines grecques khalkos (cuivre) et lithos (pierre). Ainsi, le chalcolithique désigne la « période où un outillage principalement en pierre peut être complété par des objets en cuivre », ce qui est caractéristique, en archéologie, de certaines cultures ayant existé à la fin du Néolithique ou au début de l'Âge du bronze (vers -2300 à -1800 en Europe occidentale).

Parfois utilisé dans un sens chronologique, le chalcolithique désigne alors un improbable « âge du cuivre », ce que dément formellement la juxtaposition de cultures contemporaines chalcolithiques, néolithiques et du bronze ancien sur des territoires voisins, notamment en France. Les archéologues italiens préfèrent quant à eux désigner l'équivalent sous le nom d' « énéolithique ».
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 20:31

L'âge du Cuivre, correspond dans un sens plus restrictif et dans une acception culturelle au Chalcolithique des préhistoriens français (les préhistoriens italiens emploient quant à eux le terme Eneolitico). Il désigne souvent – abusivement – une période intermédiaire de la préhistoire, étape de transition entre les industries lithiques et osseuses caractéristiques du Néolithique final et l'industrie métallurgique naissante qui les supplante ensuite à l'âge du Bronze.
En réalité, dans les cultures du Chalcolithique, des minerais tels que l'or, l'argent et le cuivre sont exploités dans le cadre d'un artisanat secondaire, l'essentiel de la production demeurant en pierre et en os.

Introduction Man_5_98DE21975


L'âge du Cuivre en Europe occidentale

En Europe occidentale, l'âge du Cuivre s'étend approximativement de -2500 à -1800. Initialement, la diffusion d'un artisanat du cuivre dans ces régions pourrait s'être faite depuis la mer Égée grâce à une voie commerciale danubienne. Et encore, celui-ci paraît limité. Il faut noter que sur la façade atlantique, par exemple, la première production métallurgique dominante jusqu'à celle du bronze demeure celle de l'or. Entre -1800 et -1600, le mélange de l'étain et du cuivre donnent naissance dans ces régions à la métallurgie du bronze, caractéristique du premier véritable âge des métaux et à l'origine de nombreux bouleversements.

Caractéristiques de l'artisanat chalcolithique

À la différence du bronze et du fer, l'artisanat du cuivre semble avoir coexisté très longtemps avec celui de la pierre, sans amener de réels bouleversements socio-économiques dans les civilisations qui le connaissaient. Il est également attesté par l'archéologie que l'utilisation du cuivre concerne des civilisations contemporaines et voisines d'autres qui l'ignorent, ou d'autres qui possèdent déjà une métallurgie du bronze.

La faible incidence du cuivre sur les cultures préhistoriques peut principalement s'expliquer par les difficultés et les faibles bénéfices de son exploitation : recueilli en faibles quantités à l'état naturel, le cuivre natif est martelé avant d'être fondu et moulé à 1000°C environ. La production est anecdotique comparée à l'industrie lithique et concerne principalement des pièces de taille modeste. Poignards à soie et alènes en sont les plus représentatives. À la même époque, les productions lithiques sont aussi souvent plus fines.

Les cultures ou civilisations les plus représentatives du Chalcolithique sont surtout connues pour :

* la « retouche par pression », technique permettant une finesse inégalée dans l'élaboration du mobilier lithique, par le détachement successif de petits éclats.
* la céramique campaniforme : la céramique est dite « cordée », en raison du motif appliqué sur la pâte crue. Elle est d'origine nordique et provient des régions du Jutland, de l'Allemagne du nord et de la Hollande actuelle)
* les mégalithes de la façade atlantique, tels ceux de Carnac en Bretagne ou de Stonehenge, en Grande-Bretagne.
* les stèles anthropomorphes du nord de la Méditerranée (Languedoc-Roussillon, Gard, Vaucluse, Corse, Sardaigne).


Dernière édition par le Dim 4 Nov - 20:46, édité 1 fois
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 20:31

Repères chronologiques

L'âge du Cuivre n'étant pas une période, il est exclu d'en donner une chronologie. Néanmoins, quelques repères permettent d'évaluer la diffusion des métaux dans l'industrie préhistorique :

* en Égypte, le mobilier en cuivre se répand à la période caractérisée par le site de Nagada, vers -4000 à -3200 : haches plates, herminettes, ciseaux, couteaux à manche en os et épingles en témoignent ;
* dans la vallée de l'Indus, l'usage du métal est attesté vers -2500 : les sites d'Harappa et de Mohenjo-Darô y ont fourni du mobilier en plomb, argent, cuivre à forte teneur en arsenic (à l'état quasi-naturel) et même en bronze comme en témoignent scies, perles, fermoirs de colliers, ou encore anneaux de chevilles ;
* à Chypre, c'est sans doute sous l'influence anatolienne que se développe l'exploitation du minerai de cuivre. À Ambelikou, la présence de céramiques rouges permet de la dater d'environ -2300 à -2000 ;
* À Troie, les fouilles d'Heinrich Schliemann révêle la présence de cuivre au niveau le plus ancien, mais c'est surtout aux niveaux II-III (-2300 à -2100) que le mobilier en cuivre se multiplie ;
* le plus ancien artisanat du cuivre connu en Bulgarie date de -4500 à -4000 ;
* en Suisse, il est daté d'environ -3700 (civilisation de Pfyn). ;
* chez les civilisations précolombiennes, l'usage du cuivre précède de peu l'arrivée des Européens au début du XVIe siècle.


Dernière édition par le Dim 4 Nov - 20:49, édité 2 fois
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 20:34

L'Âge du Bronze est une période de la Protohistoire européenne caractérisée par l'usage de la métallurgie du bronze, nom générique des alliages de cuivre et d'étain. L'invention de la notion d'« Âge du Bronze » est due au chercheur danois C.J. Thomsen qui eut en 1816 l'intuition de l'emploi successif par l'humanité de la pierre, du bronze et du fer, alors qu'il devait classer les antiquités nationales.
Aujourd'hui, il est admis que cette période succède à l'Âge du cuivre ou Chalcolithique et précède l'Âge du Fer. Par convention, il est admis que l'Âge du Bronze couvre une période comprise entre -2500 à -1000. Toutefois, comme pour les autres périodes de la préhistoire, les limites chronologiques de l'Âge du Bronze varient considérablement selon l'aire culturelle et selon l'aire géographique considérées.

En France

Dans le sud de la France, l'Âge du Bronze débute il y a 4000 ans, lorsque les communautés paysannes intègrent un mouvement d'unification européenne, et dure jusque vers -800, alors que des bouleversements sociaux venus de l'Est amènent la montée en puissance d'une aristocratie guerrière. La production d'outils et d'autres objets en bronze permet aux archéologues d'individualiser les groupes humains d'alors, à côté du reste de la culture matérielle (essentiellement constituée par les céramiques). La production en bronze permet également d'établir des chronologies et des délimitations de populations, à défaut d'autres indices.

En France, les premiers essais sur l'Âge du Bronze datent du XIXe siècle. Le Manuel d'archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine de Joseph Déchelette paru en 1910 constitua longtemps la référence pour l'étude de cette période. En 1955, J. J. Hatt s'associa dans le Bulletin de la Société préhistorique française aux travaux de deux auteurs allemand et anglais (W. Kimmig et N.K. Sandars). Leur dernier exposé proposait une division de l'Âge du Bronze en trois parties (les limites chronologiques ne sont données qu'à titre indicatif avec la France pour référence) :

* Bronze ancien : XXIe siècle av. J.-C./XIXe siècle av. J.-C. au XVIe siècle av. J.-C. ;
* Bronze moyen : XVIe siècle av. J.-C./XIVe siècle av. J.-C. au XIIIe siècle av. J.-C. ;
* Bronze final : XIIIe siècle av. J.-C./XIIe siècle av. J.-C. au IXe siècle av. J.-C./VIIIe siècle av. J.-C.

Chacune de ces parties est subdivisée à son tour, selon la région étudiée. Cette tripartition sert aujourd'hui de référence à la majorité des chronologies de l'Âge du Bronze.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 20:37

Dans le monde

L'Âge du Bronze est bien connu

* pour l'Europe continentale (par ex. l'Âge du Bronze danois),
* dans le monde égéen, au Proche-Orient,
* ainsi qu'en Chine où il coïncide avec la dynastie Shang,
* et en Asie du Sud-Est, où l'on trouve la culture de Dong Son, nommée d'après le village éponyme dans le nord du Viêt Nam, qui remonte au IIIe siècle av. J.-C.

Il est plus difficile à identifier dans certaines régions du monde, telles que l'Amérique latine où les civilisations précolombiennes connurent une métallurgie de l'or et du cuivre jusqu'à la conquête espagnole.

Introduction 491px-Assorted_bronze_castings
Collection de bronzes antiques
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 20:39

L'environnement à l'âge du bronze

Le développement significatif de l'industrie d'extraction et de raffinement et de la métallurgie du cuivre et du bronze ont eu des conséquences importantes sur l'environnement et la santé humaine, notamment en contaminant l'eau, l'air et les aliments par le cuivre, le plomb, le cadimum présents dans les vapeurs des fours de fusion du minerai ou de coulage, ou perdus par les « stériles » (déchets) des mines. A la fin de l’Âge du Bronze, il semble qu'on ait volontairement parfois ajouté du plomb à l'étain[1].
Les outils de bronze (hâches en particulier) ont été sources de progrès mais aussi d'importants reculs de la forêt (grâce aux haches, et pour alimenter les fourneaux) et d'une pollution très significative de l'environnement qu'on commence à pouvoir rétrospectivement mesurer grâce à l'analyse d'os et de dents d'hommes préhistoriques ayant vécu à proximité des mines (par exemple sur des sites archéologiques de l'actuelle Jordanie).
Ainsi des hommes de la préhistoire ayant vécu dans les premières zones minières de l'actuelle Jordanie ont été victimes de saturnisme et d'une forte augmentation des taux osseux de cuivre. On a mesuré[2] des contaminations humaines et animales très élevées dès l'âge du bronze dans cette région.

Changements sociaux

Le bronze semble avoir joué un rôle comparable à celui qu'à joué plus tardivement l'or, à savoir d'être une valeur de placement et d'échange économique qu'on peut thésauriser, échanger et recycler, avec l'inconvénient de devenir une source de rivalités, de vols et autres conflits. Il a probablement contribué au développement de l'artisanat et d'une hiérarchisation des sociétés préhistoriques, mettant en avant le guerrier armé et son chef. L'archélogie met régulièrement à jour des dépôts qui peuvent avoir une valeur religieuses ou cultuelle ou de simples caches oubliées, signes d’insécurité et d’instabilité sociale.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 20:49

Introduction Man_5_88EE3538
Cuirasse de Marmesse
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 20:53

Bronze ancien
L'âge de bronze ancien (1800-1500 BC) comprend toute la période de l'apparition de la métallurgie, avec le cuivre, l'étain puis le bronze. Il y eut une évolution progressive sans modification notable des conditions matérielles d'existence . Mais le commerce international du cuivre se développa et donc les contacts.

chronologie

* vers la fin du IV° millénaire en Haute-Égypte et en Mésopotamie
* milieu du III° millénaire en Anatolie à Chypre en Crète en Grèce et dans la vallée de l'Indus
* II° millénaire en Europe à partir de l'Espagne avec la civilisation d' El Argar près d' Almeria d'une part, de la Bohême avec la culture d'Unetice d'autre part .Et aussi en Chine sous la dynastie Chang

Technique

L'innovation technologique majeure est bien sûr l'apparition d'un alliage de cuivre et d'étain qui permit la réalisation de nombreux objets en bronze.

Additionné de 10% d'étain, le cuivre donne un alliage plus résistant que le cuivre, le bronze, mais qui est plus malléable quand il est chaud. Cette caractéristique le rendit propre à la coulée qui se fit selon deux techniques, dans des moules en pierre ou par la technique de la cire perdue. Cette dernière permet de réaliser des objets creux de grande dimension, comme des moyeux de roues de char et bien sûr des armes comme des épées, des fers de lance et des poignards.

Art

Colliers, parures, boucles que l'on connait par celles déposées dans les tombes.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 20:54

Bronze moyen

La période du bronze moyen (1500-1200 BC) parfois nommée bronze véritable est caractérisée par l'extension sur l'ensemble de l'Europe de la culture des tumulus protoceltiques. De meme elle se caractérise par une stratification sociale de plus en plus fermée (la classe guerrière prenant le pouvoir) ainsi qu'un changement véritable des rîtes funéraires (tombes individuelles). Cettebpériode marque la véritable transition entre l'age du cuivre et celui du bronze. On peut noter également le développement des échanges ainsi que celui de la métalurgie. La course aux armements et l'apparition de nouvelles armes (épée) ainsi que la multiplication des forteresses renforce l'idée des rivalités naissantes entre les différentes ethnie humaine

Extension géographique

* en Allemagne et Europe centrale d'où diffuse cette culture
* début de l'âge du bronze en Europe du nord
* culture du Wessex en Angleterre avec de nombreux monuments mégalithiques (dont Stonehenge)
* en France, surtout la Bretagne (avec en particulier Carnac), et le Poitou-Charentes avec le site de Mougon.
* en Italie du nord avec la civilisation des terramares.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 20:55

Bronze final

La période de l'âge du Bronze final se situe à des époques très différentes suivant les continents. L'Afrique passe directement de la pierre au fer sans âge du Bronze. L'âge du Fer, période marquant la fin de l'âge du Bronze, débute au II° millénaire avant notre ère d'abord en Anatolie puis dans tout le Moyen-Orient et l'Égypte, la Grèce puis l'Italie et toute l'Europe vers 900 avant notre ère, et seulement à partir de 500 avant notre ère en Asie.

En Europe de l'ouest, le Bronze final se caractérise notamment par la civilisation des champs d'urnes. La diffusion des "Champs d'Urnes" souvent difficile à préciser : invasions, migrations, acculturation, échanges de nature commerciale, probablement toutes suivant les circonstances et les régions.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 20:57

L'Âge du fer désigne à l'origine une période de la protohistoire européenne caractérisée par l'usage de la métallurgie du fer. L'invention d'un « Âge du fer » est due au chercheur danois C.J. Thomsen qui eut en 1816 l'intuition de l'emploi successif par l'humanité de la pierre, du bronze et du fer, alors qu'il devait classer les antiquités nationales.

Aujourd'hui, il est admis que cette période succède, en Europe et au Proche-Orient, à l'Âge du bronze et précède l'entrée des civilisations concernées dans l'histoire. L'Âge du fer débute vers 1100 av. J.-C dans le monde méditerranéen et vers 800 à 700 av. J.-C dans le nord de l'Europe.

Toutefois, comme pour les autres périodes de la préhistoire, les limites chronologiques de l'âge du fer varient considérablement selon l'aire culturelle et selon l'aire géographiques considérées. De plus, certaines civilisations n'ont jamais connu d'Âge du fer tout en connaissant très tôt certaines caractéristiques d'un développement social et/ou technique important. C'est par exemple le cas des civilisations précolombiennes.

Aussi, la notion d'Âge du fer ne doit pas s'entendre aujourd'hui comme une notion chronologique ou comme un stade d'évolution, mais simplement comme l'indice d'une technique qui influença durablement et en profondeur certaines sociétés, en particulier en Europe continentale.

Notamment, figurent parmi les civilisations qui ont connu un Âge du fer :

1. les Achéens (dans la Grèce archaïque),
2. les Celtes (dont les sites de Hallstatt et La Tène servent de référence à la chronologie de l'Âge du fer)
3. ou la civilisation germanique (l'âge du fer germanique - [ ref ]). .

Par la suite, l'Âge du fer a été subdivisé en deux catégories, nommées d'après des sites éponymes, qui correspondent à un état de civilisation, plus qu'à une période :

* Hallstatt ou premier Âge du fer ;
* La Tène ou second Âge du fer.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 20:58

Les complexes techno-économiques de l'Âge du fer en Europe

À défaut de connaissances étendues sur les ensembles culturels et politiques de l'Âge du fer, la culture matérielle des civilisations européennes permet de dessiner, durant cette période, de grands ensembles géographiques à l'intérieur desquels le matériel des fouilles présente une remarquable homogénéité tant en termes de technique qu'au niveau des décors. Ces ensembles ou complexes techno-économiques persistent durant les deux âges du fer, « se dilatant et se contractant au gré des circonstances » (Patrice Brun dans Le premier Âge du fer : princes et princesses de la Celtique, Paris, 1987).

* Complexe atlantique : Grande-Bretagne, Wallonie, Ouest de la France, Pays basque
* Complexe nordique : Flandre, Danemark, Scandinavie
* Complexe lusacien : Pologne, nord des Carpates
* Complexe nord-alpin : Lyonnais, Savoie, Jura, Suisse (qualifié de celtique par Hérodote dès le Ve siècle av. J.-C..
* Complexe ibérique : péninsule Ibérique (hors Portugal et Pays basque)
* Complexe italique : péninsule italique et Alpes du sud
* Complexe carpathique : bassin danubien et Carpates
* Complexe grec : Grèce et Crète
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 20:59

Introduction 390px-Ironageroof
Reconstitution d'un toit de chaume dans le Hampshire, technique datant de l'âge du fer
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 21:07

Civilisation de Hallstatt

Hallstatt est le nom d'une période de l'âge du fer qui précède l'antiquité. C'est aussi celui d'un lac et du site archéologique éponyme en Autriche, dans le Salzkammergut.

Introduction 719px-Magdalenenberg_collier
Collier d'ambre trouvé dans une tombe de la culture Hallstatt.

Des fouilles entreprises sur le site de 1846 à 1876, d'abord par Georg Ramsauer, le directeur de la mine nationale de Hallstatt, puis par l'Académie des sciences de Vienne, révélèrent un cimetière préhistorique du Ier millénaire av. J.-C., ainsi que de nombreux objets de l'âge du bronze et de l'âge du fer en parfait état de conservation grâce à la salinité du sol.

En raison de son importance, le site donna son nom à l'âge du fer ancien en 1872, lorsque l'archéologue suédois B.E. Hildebrand élabora sa chronologie, tandis que l'âge du fer récent était nommé La Tène.

Par la suite, la période de Hallstatt a été subdivisée en en 4 phases :

-Hallstatt A


-Hallstatt B
(de -1100 à environ -800, âge du bronze final)

Période caractérisée par des épées de bronze et de grandes épées de fer. Ces hommes appartiennent à un peuple vénéto-illyrien qui étendra sa domination sur toute l’Europe centrale et l’Italie du nord.

Les cavaliers à longue épée, ordre jusqu’alors inconnu, apparaissent sporadiquement dans les tombes, entourés de rites et accompagnés d’objet—le service à boisson, les produits exotiques importés, la tombe à char, enfin l’or — qui préfigurent les symboles de la nouvelle classe dirigeante. Le cheval monté est l’une des innovations qui distinguent les participants au pouvoir. Les tumulus de la nécropole de Chavéria (Jura) ont livré cinq longues épées hallstattiennes, assortis d’éléments de harnachement ou selon les tombes d’un bassin à bords perlé en bronze, proche de ceux produits au VIIIe siècle par la culture de Villanova en Italie du Nord.

-Hallstatt C

Introduction 471px-Hallstatt_culture_ramsauer
Collier d'ambre trouvé dans une tombe de la culture Hallstatt.

(VIIIe siècle av. J.-C., première période de l'âge du fer)

Glaives courts, objets de parures, chars, poterie faite au tour et ornée de motifs géométriques ou très stylisés avec des contrastes de couleurs. Pratique de l’incinération mais également inhumation des morts.

Succédant aux modèles en bronze, les épées de fer sont l’apanage des guerriers du VIIe siècle. Plusieurs d’entre elles, retrouvées dans le cimetière de Hallstatt, confirment leur caractère de privilège, avec des pommeaux revêtus de feuilles d’or, ou sculptés dans de l’ivoire et incrustés d’ambre, ornement que l’on retrouve dans les épées de Chaffois (Doubs) et de Marainville-sur-Madon (Vosges). Vers la fin du VIIIe siècle et au début du VIIe, des vaisselles en bronze accompagnent fréquemment les épées (sépultures de Magny-Lambert et de Poiseul (Côte-d’Or). À la fin du VIIe siècle, c’est plutôt le char que l’on trouve associé à la vaisselle de bronze (La Côte-Saint-André, Isère). À Hallstatt, les tombes de guerriers ne représentent qu’environ le quart du cimetière, et seulement dix-neuf d’entre elles, des VIIIe et VIIe siècles, livrent de grandes épées et des haches de parade. Plus nombreuses, les tombes du VIe siècle contenaient des poignards à antennes. Les tombes féminines offrent de nombreuses parures, des fibules volumineuses, typiques du goût exubérant de l’époque. Les sépultures riches possèdent très souvent d’impressionnants services en bronze constitués de seaux, situles (seaux aux bords refermés) (voir : situle de Vace, Slovénie), bassins et tasses.

Le sel, lié au mode de vie sédentaire et au commerce de grande distance, est une richesse nouvelle. Il conditionne la conservation des aliments et sa consommation fortifie les animaux. La crête nord des Alpes en est riche. Le préfixe Hall, d’origine celtique, désigne dans la région les sites d’exploitation très ancienne (Hallstatt, Hall, Reichenhall, Schwäbisch Hall, etc.). Après avoir traité par dessiccation les eaux salées, les Hallstattiens ont développé, entre le VIIIe et le VIe siècle, le premier et le plus grand centre d’extraction minière du sel gemme. Les mineurs et leurs chefs ont pu venir de différentes régions voisines. Des bûcherons et des charpentiers collaboraient à l’édification de la mine. De riches familles de négociants, des colporteurs et des groupes chargés de la défense de la communauté complétaient ce nouveau modèle de société tourné vers l’extérieur. Le sel, qui conserve les vestiges organiques, nous a livré des éléments de vêtements et des sacs a dos en cuir pour remonter les blocs de sel.

Hallstatt D [modifier]

(VIIe siècle av. J.-C.-Ve siècle av. J.-C.)

Vers -600, une grande mine de sel s’ouvre à Hallein, non loin de Hallstatt sur la rive ouest de la Salzach, qui offre des débouchés plus faciles. Le site de Hallstatt décline, les tombes s’y font moins nombreuses et moins riches à partir du Ve siècle.

Les Celtes sont établis de la Bourgogne à l’Autriche. Ils se distinguent par leur opulence, leur société brillante régie par un pouvoir princier et reposant sur le clan, et par le dynamisme de leur culture. Les personnages les plus importants sont les princes, qui se font enterrer, parés de colliers d’or, dans des tombes à char enfouies sous un volumineux tertre funéraire.

Les Celtes établissent des citadelles sur des hauteurs dominant de vastes étendues. Parmi les plus importantes, une douzaine sont vraisemblablement les résidences de princes ou de chefs territoriaux, qui jouent un rôle économique et politique, et constituent une puissante fédération de communautés organisées sur le même modèle, en Allemagne du Sud, en Suisse et dans l’Est de la France : Hohenasperg, au nord de Stuttgart, la Heuneburg, près de Sigmaringen, Utliberg, près de Zurich, Châtillon-sur-Glâne, près de Fribourg, Britzgyberg (Haut-Rhin), Saxon-Sion (Vosges), le mont Lassois (Côte-d’Or), Gray-sur-Saône (Haute-Saône), le camp du Château à Salins-les-Bains (Doubs), etc.

La citadelle de la Heuneburg a été la plus largement fouillée : son rempart, reconstruit plusieurs fois au VIe siècle, long de 600 m, édifié sur quatre mètres de haut en brique crues sur une base de pierre et muni de tours en saillies, technique inhabituelle au nord des Alpes, mais connue dans le monde méditerranéen (Gela, en Sicile). À l’intérieur, des maisons se répartissent le long de ruelles ; à l’extérieur, une agglomération entoure cette sorte d’acropole. De nombreux tessons de céramiques à figure noires et rouge voisinent avec des amphores grecques ou des productions étrusques. L’artisanat local paraît brillant : tour à rotation rapide, réparation et reproduction de produits d’exportation, comme en témoigne le moule en argile d’une attache d’œnochoé (cruche à vin) étrusque de fabrication locale, ornée d’une tête de silène.

En plaine, d’autres sites ont livré des vestiges identiques à ceux fournis par les citadelles. Il s’agit vraisemblablement d’entrepôts (Bragny-sur-Loire en Saône-et-Loire) ou d’autres formes d’habitat princier comme à Bourges, où plusieurs tombes à vaisselle de bronze importées ont étés découvertes au XIXe siècle.

La civilisation du premier âge de fer se caractérise par l’importance des exportations de produits du bassin méditerranéen, un rituel complexe et solennel dans la pompe des funérailles et une forte personnalisation du pouvoir dynastique. Les palais des princes nous restent mal connus, car les citadelles fouillées n’en ont pas livré. Quelques indices attendent confirmation : au Wittnauerhorn, en Suisse, deux maisons centrales plus grandes que les autres pourraient être la résidence des maîtres ; à la base du tumulus de Giessübel-Talhau, près de la citadelle de la Heuneburg, le plan d’une vaste demeure aurait été reconnu.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 21:08

Chronologie du premier âge du Fer

* Vers -1300
o Fin de l'exploitation des mines de sel de Hallstatt
* Vers -1000
o Crise démographique et économique des communautés villageoises européennes héritées de l'âge du bronze : famines, surpopulation.
o Domination de l'incinération dans les rites funéraires (champs d'urnes)
o Essor de la production de parures en verre bleu

* De -900 à -800
o Multiplication du nombre de fortifications en Europe continentale

* De -800 à -700
o Apparition des stèles ibériques (statuaire anthropomorphe représentant des chefs armés) dans le sud-ouest de l'Espagne.
o En Andalousie, royaume de Tartessos : influences étrusque, phénicienne et grecque

* Vers -800
o Essor de la production de harnachements en bronze pour les chevaux

* De -700 à -600
o Tombes à char d'Atenica (nécropole située à 120km au sud de Belgrade)
o Les Grecs utilisent la lance trilobée des Scythes (pointes de lance gréco-eurasiatiques)

* Vers -600
o Structuration quasi-étatique des cités de Méditerranée centrale : confédération des Étrusques, des peuples gaulois du midi de la France.
o la Celtique affirme son rôle de plaque tournante des échanges entre le monde méditerranéen et le reste de l'Europe.C'est le début de l'époque des principautés.
o Fondation de Massalia par les colons grecs de Phocée
o Tombes à char dans le sud de l'Espagne

* De -600 à -500
o Glissement vers l'ouest (Alpes, Jura, couloir rhodanien) de l'axe des échanges nord-sud.
o une dizaine de résidences princières constituent des centres économiques et politiques importants ou principautés, répartis de la Bourgogne au Wurtemberg
o En -575, fondation d'Ampurias en Catalogne par les Phocéens

* De -500 à -400
o Déclin des résidences princières
o Essor d'une métallurgie locale du fer en Europe nordique
o Imitations de céramique ionique à Ampurias. Production de céramique attique à figures rouges dans l'arrière-pays ibérique.
o Commencement de La Tène (ou deuxième âge du fer) en Europe continentale tempérée

* Vers -500
o Fin du grand commerce phocéen

* Vers -400
o Disparition des fortifications caractéristiques du premier âge du fer lusacien du type de Biskupin (du nom de ce site en Pologne : villages fortifiés ovoïdes d'une centaine d'habitations dominant un territoire de 300 à 400 km de diamètre)
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 21:12

La Tène

La Tène est le nom du second âge du fer. Le site éponyme, découvert en 1857, est situé sur le territoire communal de Marin-Epagnier, dans le canton de Neuchâtel en Suisse, sur la pointe nord-est du lac de Neuchâtel, à l'embouchure de la Thielle. Un musée porte le nom de cette période : le Laténium (situé à quelques kilomètres du site), sur la commune de Hauterive.

Les fouilles de la Tène, commencées en 1857 par le colonel Friedrich Schwab après la correction des eaux du Jura (qui a abaissé le niveau du lac de Neuchâtel de près de 3m), ont permis la découverte de nombreuses armes (épées) et parures. Deux ponts qui passaient sur l’antique rivière Thielle sont les points d’offrande d’un vaste sanctuaire de plein air.

Le site, qui révéla une importante quantité d'objets du IIe âge de fer et plusieurs habitats préhistoriques, donna son nom à l'âge du fer récent en 1872, lorsque l'archéologue suédois B.E. Hildebrand élabora sa chronologie, tandis que l'âge du fer ancien était nommé Hallstatt.

chronologie

Aujourd'hui, les systèmes de Tischler (notamment appliqué à la Champagne ancienne), de Reinecke (système allemand) et de Déchelette (système français) coexistent. Paul-Marie Duval a quant à lui proposé le système synthétique et corrigé qui suit :

* La Tène I : -475/-450 à -300/-200 (style sévère)
* La Tène II : -300/-250 à -120/-100 (style libre)
* La Tène III : -120/-100 à 0 (style sévère)

Finalement, on peut retenir que La Tène commence à la fin de Hallstatt et qu'elle se découpe en trois ou quatre grandes phases : au cours du IIIe siècle avant JC, vers le milieu du IIe siècle avant JC (au moment de la conquête de la Narbonnaise) et enfin, jusque vers -20 à -15, c'est-à-dire le début de la romanisation de la Gaule chevelue. Les îles britanniques sont traitées à part.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 21:13

Civilisation

Introduction Celts_800-400BC

La civilisation celtique de la Tène atteint les Balkans (Yougoslavie), la Grèce (prise de Delphes en -279), l’Asie Mineure (Galates en -275) la Gaule tout entière (entre la Garonne et la Seine, v. -500), l’Espagne (Celtibères, v. -500).

Conséquence d’une crise interne, de la réorganisation des circuits commerciaux ou des luttes entre Grecs et Etrusques pour le contrôle des échanges, les citadelles des Celtes du premier âge de fer, poumon des relations commerciales sont abandonnées les unes après les autres vers -500 au profit d’un mode de vie plus rural dominé par une chefferie guerrière. Des régions se distinguent comme les nouveaux centres de la civilisation celtique au Ve siècle : la Rhénanie (culture de l’Hunsrück Eifel, la Bohême, la Champagne et les Ardennes). Une lente évolution se produit dans les coutumes et les productions. On trouve le stamnos étrusque (vase contenant le vin pur) dans les tombes riches du Ve siècle : à la Motte-Saint-Valentin (Haute-Marne) ou à Altrier (Luxembourg). Le miroir importé d’Etrurie, ou son imitation, est fréquent dans les sépultures féminines (Utliberg, près de Zurich, la Motte-Saint-Valentin). Les mobiliers funéraires laissent entrevoir une moindre disparité sociale entre les puissants et le reste du peuple. Les importations méditerranéennes baissent, les bijoux sont moins somptueux. Les sépultures des chefs perdent de leur monumentalité, en conservant leur mobilier type : le poignard de parade fait place à la panoplie guerrière complète, le char à deux roues, plus léger et rapide, remplace le char de parade.

En Champagne, les vastes cimetières du second âge de fer comportent, signe d’un peuplement dense, des tombes plates sans tumulus, creusées dans le sol crayeux. Les tessons de céramiques retrouvés présentent des caractères régionaux « marniens » (vase de la Cheppe). Des œnochoés étrusques (Somme-Bionne, Somme-Tourbe et Sept-Saulx) attestent des relations avec l’Etrurie. Les hommes les plus importants (150 tombes) sont inhumés sur leur char à deux roues, généralement armé et portent un casque pointu en bronze. Plus nombreux, les fantassins ne gardent que leurs armes : épées, lances et javelots. Les femmes ont des agrafes de ceinture, des fibules, des bijoux comme le torque, qui porté dès l’adolescence, paraît investi d’une signification sacrée. Le Ve et le début du IVe siècle jouissent d’une grande stabilité, sensible dans les productions. La société semble assez égalitaire. La prédominance nette des tombes féminines marque cependant le départ progressif des hommes.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 21:15

Chronologie du second Âge du fer

* vers -600 (Hallstatt) fondation de la colonie phocéenne de Massalia sur le territoire des Ségobriges
* -396 Les Gaulois franchissent les Alpes à l'initiative d'Ambigat, le roi des Bituriges (Sénons, Andes, Insubres et Boïens)
* -386 Défaite des Romains face aux Sénons sur l'Allia. 30 000 Celtes menés par Brennus rançonnent Rome
* -367 Des mercenaires celtes sont engagés contre les Thébains dans un corps expéditionnaire de Syracuse
* -332 Traité de paix entre Rome et les Sénons
* -279 Sac de Delphes par les Celtes migrant vers l'Est
* -232 Le territoire des Sénons (ager gallicus) est confisqué par Rome
* -216 Incursion d'Hannibal en Gaule cisalpine. Soulèvement des Boïens contre Rome.
* -125 Conquête de la Narbonnaise
* Vers -82 à -44 Les Boïens de Pannonie sont victimes de l'attaque des Daces menés par leur roi Burebistas. Destruction de l'oppidum de Bratislava.
* -58 Commencement de la guerre des Gaules
* -52 Défaite de l'armée gauloise de Vercingétorix à Alésia. Le chef gaulois est fait prisonnier par Jules César
* -51 Défaite des vaincus d'Alésia qui s'étaient réfugiés à Uxellodunum : la Gaule est romaine.
* -9 à -6 L'oppidum de Stradonice (Bohême) est incendié, probablement par les Germains : invasion des Marcomans.
* ensuite, développement d'une civilisation germanique sur ces terres.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Admin le Dim 4 Nov - 21:15

Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Introduction Empty Re: Introduction

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser