h.a.a
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -49%
SanDisk Extreme 64 Go Carte microSDXC + adaptateur SD
Voir le deal
12.27 €

0-note de cours

Aller en bas

0-note de cours Empty 0-note de cours

Message  Admin Mer 7 Nov - 19:44

rologue : Aux origines des sept merveilles du monde, la vision d’Alexandre le Grand :


Introduction :

> La liste moderne. C’est au 16ème siècle que le phare d’Alexandrie fut reconnu comme merveille du monde. Il a remplacé sur la liste les murailles de Babylone qui étaient quasiment inexistantes. Babylone possédait donc deux des sept merveilles du monde : ces jardins suspendu et les murailles.
> De la réalité aux mythe : ces monuments sont connus par le succès de cette liste. La continuité est du aux prestiges des bâtiments en question. Ce sont des œuvres de l’humanité. De plus ont a beaucoup de sources, chez les auteurs. Le renaissance plus particulièrement relança le goût pour cette liste. Les images fleurissent dans les livres ( cela correspond avec l’invention de l’imprimerie. Les architectes occidentaux essaient de bâtir des théorie pour les réutiliser ou les copier. Pour autant on les connaît très mal, a part les trois grandes pyramides de guise. Elles sont d’ailleurs les restes en 3D les plus intact.
Les conflits entre orients et occident ont contribués à la méconnaissance de ses monuments. En effet, les guerres de conquêtes ou de religion on divisé les deux régions méditerranéenne. Sachant que toutes les merveilles étaient situé de l’autre côté de la mer, les occidentaux étaient peu à les avoir vus toutes et à être ensuite rentré dans leurs pays. C’était un voyage très long et dangereux. Ainsi les occidentaux ne possédait que des sources littéraires, souvent très romancé et non technique. Les chiffres donner sont plus symboliques que référents et parfois très exagéré ( le but était de vanter leurs prestiges pour faire du rêve). Ce n’est qu’a la fin du 19ème avec l’archéologie moderne qu’on redécouvrit ces merveilles avec plus de rigueur.

I- Péri tôn héptal théamatôn : la valeur d’un manuscrit


A- un manuscrit en quête d’un auteur:

> Le manuscrit Palatinus 398 : un document unique

Nous possédons toute une série d’écrit sur les sept merveilles du monde, cependant c’est un hasard car ce n’est jamais le sujet principal, c’est un passage. En 1633, M. Boessus ambassadeur de France à Rome tombe dans une bibliothèque sur un manuscrit qui datait du 10ème siècle ( un codex ). Celui-ci comporte 320 feuillets, qui correspondent a 20 titres différents, parmi ceux-ci il y avait Péri thôn hépta théamatôn qui fait 6 feuillets. Il est fort probable qu’il soit apparut dans l’empire byzantin, cependant c’est une copie d’une écriture plus anciennes. On supposait que l’auteur s’appelait Phylon de Byzance, seulement dans la ville de Byzance il y avait 19 Phylon de Byzance. On l’associa a un architecte de l’époque puis on se rendit compte que les écritures étaient différentes et que celui-ci n’écrivait pas grec. Or le parchemin fut écrit au 4ème ou 5ème siècle avant J-C donc en grec.
> construction du texte : 1 prologue, 6 paragraphes sur les merveilles du monde. Il manque probablement la septième merveille ainsi qu’une sorte de conclusion. C’est donc un ouvrage cours et interrompu.

B- Un manuscrit décevant :

Le paragraphe 3 est faussé il fit l’éloge des pyramides qui seraient coloré et construite de plusieurs matières différentes. C’est ainsi que l’on a découvert que Phylon de Byzance devait être un poète. A l’époque les exphrasis étaient en vogue. Ce sont des poèmes qui décrive un monument choisit. Son but n’est pas de décrire scrupuleusement, mais d’en faire une ébauche attrayante. Cependant les sept monuments traités sont bien les sept merveilles du monde.
Le prologue dit « …mais rares sont ceux qui les ont vu de leurs propres yeux. ». Il ajoute qu’il n’est pas utile d’aller les voir puisqu’il peut nous en faire une description et que le voyage est très périlleux voir mortel. A l’époque cinq des sept merveilles avaient disparus. Mais c’est le concept même des merveilles qui est attrayant et intemporel.

II- Témoignage des anciens :

1- Les sept merveilles du monde état des sources :

Les sources littéraires ont longtemps été les seules sources. Deux catégories de sources :
- La première renseigne sur tel ou tel monument, sans que le sujet principal soit les sept merveilles. Les témoignages anciens tel qu celui d’Erodote au 5ème siècle av J-C. Il écrit « les enquêtes » . Pausanias lui écrit le guide bleu de l’époque « la périégèse » qui est l’équivalent de notre guide du routard.
- Le seconde : certains auteurs parlent de liste des sept merveilles du monde. On aurait retrouvé 19 liste différentes. Enfin 19 source différentes et 14 propositions possible. Ce qui est rassurant c’est que la bonne liste se répète plusieurs fois. Les listes faussées : on a changé 1 ou 2 monuments, ou alors on en a rajouté ce qui rend la liste fausse dès le début. On a même ajouté des monuments chrétiens alors que la liste fait l’état des merveilles antiques et donc postérieur a l’apparition du christianisme (environ 4ème siècle av JC).

2- Analyse des sources :

Certains monuments ajoutés auraient pu faire parti des merveilles. Généralement les bâtiments qui était remplacés par d’autre faisaient parti d’une liste sure et dont on avait les preuves qu’ils en faisaient parti.
Bâtiments faussés : la ville de Thèbes (n’est pas un monument or la liste fait l’état de monument) elle aurait pu être considéré comme une merveille car cette ville était celle des pharaons et donc d’une dynastie très prestigieuse.
Le palais de Cyrus : Cyrus II roi et fondateur de Perse il vécu durant la seconde moitié du 6ème siècle av JC.
Keratinos Bomos : autel dédié a Apollon et situé dans le sanctuaire de celui-ci à Délos.
La première mention du phare d’Alexandrie apparaît au 6ème siècle après JC et est formulé par Grégoire de Tour. La liste est constitué de monument bien ciblé, exceptionnel pour ses qualités techniques. Ainsi la ville de Thèbes est hors concours. Cependant le palais de Cyrus aurait pu être inclus. Il remplace sur la liste les jardins suspendus de Babylone. En effet, les Perses prirent le dessus sur les Babyloniens on a donc associé l’un à l’autre. De plus, ce palais fut détruit par Alexandre le grand lui-même en 330, il y a donc eu confusion puisque la liste est d’origine Grecque.
Le kefalotyris booms serait l’œuvre d’Artémis, il est donc sacré chez les Grecs. On raconte aussi que Thésée aurait danser autour. Malgré cela les qualités techniques de se monument ne sont pas exceptionnel et donc ne suffisent pas à intégrer la liste.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

0-note de cours Empty Re: 0-note de cours

Message  Admin Mer 7 Nov - 19:45

A- La liste des sept merveilles du Monde :

Un papyrus égyptien fut trouvé a Fouyoum au sud est de l’Égypte. Ce qui est intéressant c’est que cela nous donnait une indication sur la où chercher les origines des SMM. Alexandre le Grand à conquit l’E. en 332-331 et créa Alexandrie; A sa mort Ptolémée se créa un état et la capital de celui-ci a Alexandrie. Pour légitimé cet acte il fit venir des savants et conçut un musée. On a soufflé que parce que Alexandrie était le pôle de culture. Voila pourquoi on s’est laissé dire que la liste avait été établi a Alexandrie. Mais pourquoi le phare d’A. n’en fait pas parti. Donc, on a écarté cette piste.
Deuxième piste : l’Asie mineur ( Grèce ). Trois monuments en Asie mineur nous incitait a penser que sa création se fit ici. Mais se n’est pas objectif. Pythagore théorisa le fait que le chiffre sept était idéal, voila pourquoi il y en a sept. Par conséquent n’importe quel grec aurait pu choisir sept MM.
Ces deux piste ne semble être a l’origine des sept MM.

B- Le monde d’Alexandre le Grand :

> D’Olympie à Babylone : Il semble étrange que deux des merveilles soient Babylonienne. Les grecs se reconnaissent une supériorité intellectuel. Alexandre est un grec et un macédonien. La macédoine était considéré par les autres grecs comme des demi grec, car c’est un royaume, la Grèce était une démocratie républicaine. Lorsqu’A. part en conquête aura un projet et une ouverture. Il considérait qu’il pouvait collaborer avec d’autre peuple.
(P.8.) Même si on attribue la liste a ALG il ne l’a pas terminer car le colosse de Rhodes. Les SMM correspondent avec l’itinéraire de celui-ci. Il n’y a qu’un monument grec qui en fasse parti et qui plus est le plus partagé, car c’est le symbole du rassemblement des grec. Le but d’A. était de faire une Grèce unie.
La conquête d’A. commence par un débarquement en Asie Mineur. Première rencontre > Éphèse temple d’Artémis. Il était en reconstruction, car il avait brûler Or le jour ou il a brûler coïncide avec la date de naissance d’A. Ce fut considérer comme un signe des dieux > naissance exceptionnel. Il propose d’aider à la rénovation du temple et en échange on y mit son nom à côté de celui de la déesse.
Halicarnasse est la seule ville d’AM qui résista durant un an. ALG est un grec qui a un projet convivial. Or le tombeau d’HAlicarnasse fut crée sous le compte des perses (Mausolée). Un monument qui a un cœur orientale, mais une façade grecque emblème de ce qu’A. voulait réaliser.
Puis il va en Égypte, région barbare, mais anciennes et donc triomphante. Le fait d’intégrer un monument E. n’est donc pas incohérent; les pyramides étaient déjà connu et prestigieuse.
Il passe par Babylone : dernière grande victoire contre les perses. C’est la grande ville orientale. Il semble qu’il aurait penser faire de Babylone sa capitale, c’est d’ailleurs là où il meurt. La mort prématuré de celui-ci ne permet pas de savoir.
Le choix est bien sur d’abord technique, mais les critères sont variés : historique, politique et idéologique

> Vers une réinterprétation…?

Le colosse de Rhodes : après la mort d’A. mutinerie et empire disloquer car les généraux veulent leur part, au cours d’une guerre qui dura 30ans. Démétrios Polion voulait conquérir l’E. qui était occuper par Ptolémée. Il passa par Rhodes où il assiégea la ville, celle-ci résista et vaincu l’envahisseur. Ils construisirent le colosse.
Ptolémée s’est toujours voulu héritier d’A. il est clair que cette liste est pu se retrouver à Alexandrie (rapt du corps d’ALG par Ptolémée). La victoire des Rhodiens est aussi celle de Ptolémée donc, c’est probablement Alexandrie qui a intégrer ce dernier monument, probablement au détriment d’un autre.

Conclusion : Les merveilles du monde fortune ou infortune

Au début du 3ème siècle av JC la liste était faite. Pourquoi a-t-on plusieurs liste? Sa création est tellement déconstruite que beaucoup on voulu l’a reprendre et encore aujourd’hui. Les chrétiens l’a contrediront beaucoup car les monuments païens ne sont pas bien vu. De plus la confusion du sens de merveille à pu engendrer une confusion a liste elle-même
De la liste canonique à la liste moderne : le phare d’A. a souvent voulu être intégrer. Les romains conquirent l’E sous Cléopâtre, il est possible que Grégoire de Tour l’ait choisit quand même. Il resurgit au 16ème siècle car c’est une époque de révolution technique, donc on a estimer que le phare d’A avaient des réels qualités techniques et on l’a intégré.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

0-note de cours Empty Re: 0-note de cours

Message  Admin Mer 7 Nov - 19:45

Chapitre 1 : Au cœur d’une ville monde : Babylone


Introduction : Babylone du rêve à la réalité.

> Le rêve avorté d’ALG

Il manifeste un engouement pour cette ville puisqu’il aurait aidé à la restauration d’un monument. Mais c’est surtout le fait qu’à la fin de ces conquête il établi son qg à Babylone. Sa mort prématuré en 323 ne lui permit pas. L’image que Babylone avait dans le monde grec était importante, c’est aussi un carrefour commerciale à l’époque et c’c’est une grande ville (environ 100 000 habitant). On peut remonter plus loin, Babylone est une ville qui existe depuis le 2ème millénaire av JC. Elle est devenu une capitale impériale. A partir de 1595 av JC, Babylone perd son indépendance et tombe sous la domination des Kassites. Babylone reste la ville éminente de ce nouvel empire et reste le centre culturel. Finalement elle retrouve son indépendance et c’est l’époque médio Babylonienne. Ce royaume a fonctionner jusqu’au 9ème av JC et c’est à cette époque que l’on veut retrouver les valeurs B, et ce grâce à Nabuchodonosor I. on lui doit le culte de Mardouk (dieu rehausser dans l’échelle hiérarchique). Cet état disparaît sous les coups des Assyriens au cour de ce même siècle. Les assyriens reconnaissaient une supériorité culturel aux Babyloniens, ils ont accordé à Babylone une autonomie interne, une certaine royauté était instauré. Le roi de Babylone était étroitement lié aux Assyriens (membre de la famille ou le roi même des Assyriens). Il arrive parfois que des révoltes éclatent. En 612 l’empire Assyriens tombe sous le joue des Mèdes et des Chaldéens. Le personnage important de ceux-ci est Nabopolassar. Les néo-Babylonien vont s’approprier Babylone et s’impose comme nouveau centre de cet empire. Le fils de ce roi reçoit le nom de Nabuchodonosor (II). Ce sont ces même rois néo-babylonien qui travail sur la mémoire d’Hammourabi.

> L’image d’une cité idéale

C’était une ville très belle et parfois considéré comme trop et est un peu inquiétante pour les grecs. Il y a un propos moralisant chez les auteurs grecs. La bible à participer à la perduration ce la ville. Quelle est l’image de Babylone au travers de la bible? C’est la grande prostitué, la ville de la débauche et elle symbolise le pêché. Au début du 6ème siècle av JC les hébreux ont été déporté par les babyloniens en babylonie. Lorsque l’on conquérait un pays on prenait toute les têtes pensante de façon à ce que les états ne se reconstruisent pas. On a retrouver des fiches de paye des hébreux déporté. Ce peuple aura perdu son âme et donc la bible critique ceci. Ce la n’a pas empêcher de conserver un certain intérêt pour cette vile. Les rues de la villes sont en damiers ce qui est faux, mais Babylone sert de modèle au roi du 17ème. Les sources littéraires sont très fantasmées. L’archéologie commence au 18ème, c’est une ville lointaine et qui a disparu il y reste Tell Babil petit village reconstruit. Il y a une différence entre le paysage archéologique grec et Babylonien. Il y a un retard de 50ans entre la découverte de l’Égypte et celle de la Mésopotamie. Car en Égypte tout était visible. Les collines d’argile de Mésopotamie n’attiraient pas. Les maisons étaient en brique ce matériaux est très peu conservable. Babylone est fouiller qu’en 1899 sous Guillaume II et confier à l‘archéologue Koldewey. Babylone se trouvait ensevelit sous 20m de sédiment, la raison en est la présence proche de l’Euphrate. On a retrouver très peu de monuments, d’objet, de statue…Ce qui perdure ce sont les bases architecturales, car les bases étaient construite en pierre.

[size=14]I- La métropole universelle : [size=14]

> le témoignage des anciens : les sources
On a beaucoup de sources gréco-romaine sur Babylone et même des témoignage directe (Erodote). Elle n’est pas grec et donc pas comprise. On nous donne parfois des description hallucinante et parfois une vision fantasmé. Il vont inventer des mythes sur la construction de la ville : Sémiramis aurait construit cette ville. C’est une femme de fantasme car elle est en fait une allégorie de la Mésopotamie. Seul Bérose (3ème siècle av JC) un prêtre de Marnuk et donc qui sait lire l’écriture cul déiforme. Il écrit un texte « les babyloniaca » et il assure que c’est nabuchodonosor qui a érigé cette ville.

> la double nature des murailles :
Les murailles feraient 64km de long. Il y a une erreur, car il y a plusieurs murailles. Cette erreur peu provenir de cette confusion. La muraille extérieur de Babylone est appelé le mur fort, ce qui insiste sur le caractère indestructible de celle-ci. Il y avait des briques cuites et crues. La largeur des courtines peut faire entrer quatre chars, soi disant. Les espaces entre les murailles s’appellent des lisse. Ce qui permettait de sur protégé la ville et donc cela laissait le temps d’arriver d’un point à l’autre de la muraille. Ces murailles étaient flanquées de tours. Dans l’image que l’on se fait les murailles entoures la ville et la campagne, confusion entre les frontières de l’empire et de la ville.
P7 : relief qui représente la ville simplifier. Elle est représenté en cercle, avec deux rues en forme de croix. Ces représentation son fréquentes et elle crée des confusions. On a tendance à croire que la Babylonie c’est Babylone. Cette représentation cosmique représente le monde et donc l’empire. Le roi de Babylone se considérait comme seul au monde. La ville est un microcosme et les Babyloniens comme les grecs le pensaient. Le reste représentant le chaos. La muraille symbolise la ville, car elle assure l’intégrité de la ville. Dans le monde grec une divinité se développe la Tyché, c’est une allégorie de la ville et de son contenu. On retrouvé dans certains textes des commentaires a propos d’inscription écrites sur les murailles, « les ennemis ne sont pas les bienvenus », ces murailles parlent donc.
P2 : Une muraille longeait l’Euphrate. L’enceinte intérieur renferme le centre de la ville et elle est antérieur à Babylone, elle fut probablement restauré par Nabuchodonosor. L’enceinte extérieur date de Nabuchodonosor. A l’arrivée dans la ville : 1er obstacle un fossé de 80m large (douve géante). 2nd, la première muraille faisait 9m25 d’épaisseur. Ceux qui construisaient d’aussi importantes fortification, sont ceux-là même qui élaborait des armes de guerres. 3ème, deuxième muraille de 7m80, 4ème, une muraille de 7m d’épaisseur. Entrecoupé de lis. Passé ces trois murailles on tombe sur la murailles intérieur de 3m70, puis une courte lis de 7m20 et une autre muraille en brique crue. S’ajoute à cela les tours, tout les 44m sur la murailles extérieurs et sur la muraille intérieur tout les 18m. La muraille extérieur a un périmètre de 11km et l’intérieur de 6km. Si l’on additionne les murailles on arrive a peu près au chiffre d’Erodote.
Les murailles extérieurs servaient à protéger les uses de la vie quotidienne. On connaît mal l’espace entre l’extérieur et l’intérieur. La muraille intérieur contenait huit portes. Elles avaient le nom de divinités protectrices, donc une première fortification (ref p7). La pote la mieux conservé est celle qui donne sur les palais. Cette porte débute sur un couloir de 250m.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

0-note de cours Empty Re: 0-note de cours

Message  Admin Mer 7 Nov - 19:46

Chapitre 2 : Dans la capitale de tous les savoirs, le Phare d’Alexandrie


Alexandrie a bénéficié d’un prestige exceptionnel, du à la culture, la politique (capitale), l’économie (port commerciale). Mais c’est plutôt l’aspect culturel qui prévaut. La représentation page 1, est une schématisation de la vile, comme celle que l’on peut trouver sur Babylone et Jérusalem. Elle représente les murailles de la ville et à gauche l’ébauche du phare. C’est cet ensemble qui fait de la ville ce quelle est, le phare et la ville.

Introduction : A l’ouest du delta, Alexandria ad Aegyptum

> Du projet portuaire d’Alexandre à… : La position du port est original, car il est le premier port maritime et non fluvial de l’Égypte. La ville fut fondé par des grecs et pour des grecs. Cela veut dire que la population est essentiellement grecque et particulièrement chez les élites. C’est une ville qui sert d’interface entre l’Égypte et le reste du bassin méditerranéen, donc du monde grec.
Alexandre demande à un architecte urbaniste, Deinocrates de Rhodes, de créer une nouvelle ville qui serait un port. Le projet est d’abord stratégique et militaire, de manière à créer un lien entre ces conquêtes et la Grèce.
La ville pouvait être construite sur un isthme de 10m². Le choix de site est stratégique, car il avait possibilité de créer un port maritime. Malgré cela il a fallu faire des aménagements artificiels, pour assécher les lieux marécageux. Bien que ce site ne soit pas exceptionnel : peu de point d’eau douce, marécage, littoral bas.
> Les prétentions universelle de Ptolémée : Après la chute de l‘empire perse on aurait pu penser qu’Alexandre aurait abandonner le site. On ne sait pourquoi, mais le site s’est développé, peut être car c’est une ville grecque. Après la mort d’A. il y eu un partage des terres et c’est Ptolémée qui reçu l’Égypte. Il représente les héritiers d’Alexandre. A partir de 305 av JC, Ptolémée prend le pouvoir et créer une dynastie celle des Lagides. Dans un premier temps il choisit Memphis comme capitale (ville pharaonique) et très vite il revient à Alexandrie. Pour des raisons culturelles et politique (ouverture sur la mer). Au fur et à mesure le port draine des produits venus de toute part.
Lorsque les grecs se sont retrouvé en Égypte, ils voulurent retrouver le prestige grec. Ptolémée à donc mis le paquet sur la culture. Il fait appel à Démétrios de Phalère, qui avait occupé de hautes fonctions politiques après Alexandre. Il était aussi disciple de Théophraste, lui-même disciple d’Aristote (cf. : le lycée = école scientifique). Démétrios avait déjà eu l’idée de faire une bibliothèque pour le lycée. C’est lui qui crée le musée d’Alexandrie. C’est un sanctuaire dédié aux neuf muses. A côté de ce sanctuaire se trouve un centre scientifique et une bibliothèque. Ptolémée engage une chasse aux papyrus et se crée une collection de 90 000 titres, puis 700 000 ouvrages. Le phare représente un exemple évident de la ville. Lorsque l’on représente la ville on symbolise le phare. Avec 1 million d’habitant c’est la deuxième ville mondiale de l’époque.[u]

1- Alexandrie, les merveilles d’une métropole méditerranéenne :

A) La septième merveille du monde :

> Le témoignage des anciens:
Au début l’édifice est rare et il n’y a pas de mot pour le décrire, mis à part une tour. Cependant, ce n’est pas un édifice banal, on l’a donc appelé le Pharos comme le nom de l’île sur laquelle il était situé. Le terme est devenu ensuite celui de phare. C’est vers 281 av JC que l’œuvre prend forme, sous le règne de Ptolémée II. L’architecte Sostrate de Cnide était un ami du roi : il dédie l’œuvre « en sa qualité d’ami des rois ». Le phare a plus souvent servit de repère pour l’arrivée à Alexandrie, plutôt qu’un guide nocturne car les marins ne naviguent pas la nuit.

> De la tour éclairée au phare d’Alexandrie :
Un port dans l’antiquité c’est une plage sur laquelle on tire notre bateau. La méditerranée offre l’avantage d’avoir des petites marées. Ce type de dispositif n’est pas non plus le meilleur, on a donc inventer des système adapté aux tonnages. Le port devait être un lieu protégé et donc une baie. Les moles naturels font barrière. Il y a des vents dangereux ce sont les vents du nord et les vents occidentaux. Il faut donc orienter le port au sud ou a l’est. Il faut aussi protéger des attaques ennemis.
Le phare n’est pas utile, car on navigue de nuit et proche des côtes. On se repère donc par rapport aux côtes. Ces points de repère s’appelle Amer. Le phare en tant qu’édifice n’a pas eu d’utilité pendant longtemps et n‘étaie donc pas répandu. A partir du 5ème siècle il fallu adapté les moyens technique car les arrivées augmente, les bateaux sont plus grand… On compense en créant des ports artificiels. Ce type de chantier nécessitait de gros moyens, ils n’étaient donc pas si répandu.

Le port d’Amathonte qui se trouve sur la côte sud de Chypre. Le mole artificiel mesure 180m et est constitué de trois quais qui font entre 11 et 18m. Le goulet (la sortie) est orienté vers l’est. Il sont construit en grande pierre taillé qui pèse chacune trois tonne et il en fallait 5000. Pour protéger les trois moles on a disposé des pierre devant. C’est l’aspect des ports artificiels de aujourd’hui. Ptolémée (Égypte) et Antigone le borgne (chypre) sont en conflit. Antigone veut conquérir Alexandrie il lui fallait pour cela une base militaire à Chypre, mais la bataille n’a pas lieu et le port est abandonné dès le 4ème siècle.

Alexandrie est un port artificiel, malgré les rochers qui protègent naturellement. L’île de Pharos est parallèle à la côte et laisse les vents pénétrés. Le site est donc inapproprié, il fallait des moyens considérable et une continuité. Or Alexandre puis Ptolémée veulent valorisé cette ville. On a crée une digue d’environ 1km de long et une autre pour protégé des vents d‘est. Le chantier a engendrer la fondation de deux ports, le portus eunostos et le portus magnus. Alexandrie est alors un carrefour entre la Méditerranée et L’Afrique (par le Nil), entre la Méditerranée et la mer rouge…Ce sont les aucaise conditions du relief qui ont poussé à aménager les côtes.

B- La démesure des Lagides :

> Autour du phare d’Alexandrie :
(cf P.9.) Le quartier des palais n’est que le lieu de vie du roi, il est composé d’autres bâtiments. Le port et le quartier royale sont en lien, d’ailleurs les palis se trouvaient en bord de mer (Arsinoé est la femme de Ptolémée II > Arsinoeion). C’est un quartier urbain, simplement tout est sur le signe royale et non plus sous les dieux. Il y a là un changement de valeur et tous ses bâtiment sont sur le port, ils impressionnent les visiteurs. C’est une mise en scène de la ville, les rois hellénistique sont les auteurs de cette mode.

> Le rayonnement d’Alexandrie :
Il y avait un pôle de haute culture au travers du musée. Le 3ème et le 2nd siècle à Alexandrie est une période d’exploit scientifique, Archimède, la machine à vapeur… Cette science restera insurpassée jusqu’au 16ème siècle. Tout ceci servait les rois Lagides. D’autres rois voulurent reprendre le principe, ce qui est le cas de Eumène II roi de Pergame. Il installa une bibliothèque au centre de sa ville. Apprenant cela Ptolémée II décide de mettre un embargo sur la papyrus, car Alexandrie avait le monopole de ce commerce. Le roi inventa donc le parchemin.
Le prestige d’Alexandrie venait aussi du fait qu’il état de bon goût de faire des statues égyptisantes (p11). C’est l’avènement de l’égyptomanie.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

0-note de cours Empty Re: 0-note de cours

Message  Admin Lun 12 Nov - 22:41

cours du 17/09/07 au 24/09/07

PROCHE ORIENT ET MEDITERRANEE ANTIQUE

- Présentation chronologique et spatiale

Les civilisations antiques dont on parle le plus souvent et qui ont une plus forte importance de nos jours sont les Grecs et les Romains, c'est-à-dire les civilisations méditerranéennes. Pourtant ils en existe d’autre qui ont tout autant sinon une plus forte importance, le monde Mésopotamien et le monde Egyptien.

Hammourabi : Cette leçon traitera du monde mésopotamien, Hammourabi était le roi de Babylone.

Akhenaton : Grand pharaon Egyptien qui vécut au XIV° siècle avant JC.

Agamemnon : Roi fictif qui apparaît dans l’Iliade d’Homère. Renvoie-il à une situation véritable ? Placée dans le même espace temps ?

Tarquin : Dernier roi de Rome, il crée l’identité Romaine (500 ans avant JC)

Alexandre : Grand conquérant qui voulait unifier les terres de l’est avec lui.

Introduction : « Beau comme l’Antique »

Quand on parle de l’antiquité on parle le plus souvent de l’antiquité Gréco-romaine.
Le monde moderne fait souvent appel aux images antiques si bien qu’il n’y a jamais eu de rupture véritable entre l’antiquité et les périodes qui ont suivis.
En effet la langue de la bible est le latin elle a donc perdurée ainsi que le grec car beaucoup d’abbayes ou de monastères possédaient des textes grec que les moines ont recopiés sans vraiment savoir leurs sens véritable sachant juste qu’ils étaient important et qu’ils ne fallait pas les perdre (prestige du monde Grec).

La renaissance st la cristallisation de l’antiquité car les artistes s’efforçaient de retrouver et de recopier l’inspiration et la démarche.
- Architecture
- Philosophie
C’est le retour de l’antiquité Gréco-romaine. Le Moyen-âge est alors considéré comme une période indigne de l’histoire (les expressions tels que moyenâgeux restent péjoratives).
Ces réalisations qui reproduisent le style antique sont dites à l’antique.
C’est durant cette période que le pape Jules II commanda la rénovation du Vatican selon le style à l’antique il fera notamment appel à Michel-Ange et à Raphaël.
Sur l’une des peintures de Raphaël, L’école d’Athènes, dans la salle des signatures, on peu voir une rangée de philosophes antiques et donc païens. Le Vatican pardonne aux philosophes antiques leur non croyance car ils n’ont pas vécus au temps du Christ et pense que si cela avait été la cas ils auraient étés chrétiens.
Les chrétien du XV° et XVI° se pensent les héritiers de la sagesse des grecs anciens et de la chrétienté. Ils réactualisent les savoirs.

(Sur la penture on peut voir que Platon a les traits de Léonard de Vinci, Eraclithe ceux de Michel-Ange, Aristote ceux de Raphaël)

I. De la périodisation de l’Histoire

Traditionnellement l’Histoire commence avec l’apparition de l’écriture, c'est-à-dire à la fin du 4° millénaire avant JC. Les premières écritures apparaissent dans le pays de Sumer (Aux alentour du Golfe Persique), et en Egypte sous forme de pictogrammes (images voulant signifier des mots). Mes de nos jours l’écriture n’existe pas partout, les petites communautés n’ayant pas besoin de l’écriture pour gérer ses habitants et ses troupeaux. En effet l’écriture a surtout été inventée pour gérer une communauté devenue trop importante.
L’apparition de l’écriture à Nantes se fait après la conquête de la Gaulle par les Romains, sous forme de coopération avec les vainqueurs, à la fin du premier siècle avant JC.

4 septembre 476 :
Romulus Augustule empereur Romain est renversé par Odoacre Herulesegoths. Romulus est à se moment là le dernier empereur romain d’occident, c’est donc la fin de l’empire occidental romain.
Zénon est l’empereur romain d’orient quand Romulus est renversé, son empire est plus connu sous le nom d’empire Byzantin jusqu’en 1453. Sa capitale est Constantinople (ancienne Byzance et future Istanbul).
Romulus avant d’être détrôné ne possédait plus que l’Italie les autres pays ayant étés pris par les barbares. Aussi sa capitale n’est plus Rome trop difficile à défendre mais Raven plus proche de l’empire oriental et qui possède un port.
Odoacre n’est pas le barbare que l’on croit, d’origine Hérule il est le généralissime des troupes romaines. Ce n’est pas une guerre sanglante qui fera tombée l’empire romain d’occident mais une affaire politique intérieure semblable à un coup d’état (ou pouch).
Cet évènement est en fin de compte très peu important lorsqu’il survient.

12 Octobre 1492 :
Découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, une démarche importante ?
Cette découverte met à jour le dernier espace continental du monde. C’est avant tout une démarche intellectuelle qui vient d’Italie, la réflexion sur la maîtrise de l’espace est bien avancée et Christophe Colomb est touché par ce phénomène.
Le fait que la terre soit ronde est acquis par la plupart des gens, le voyage se fait grâce aux calculs d’un savant Grec qui avait calculé la circonférence de la terre. Mais les calculs sont erronés car il pensait que la terre était plus petite.
Christophe Colomb est un homme moderne car il doit rendre des comptes (or du sol américain), mais c’est aussi un homme moyenâgeux car il pense pouvoir trouver le paradis terrestre et trouver une culture chrétienne et identifie ce nouveau monde comme un paradis perdu.

5 mai 1789 :
Ouverture des états généraux. Entrée dans le monde moderne.
Bien avant la révolution française il y a une remise en question de la monarchie (Amérique/Angleterre), et les idées philosophiques ne sont pas misent à mal par le pouvoir en place, mais pourtant ces philosophes sont mort lors de la révolution française.
L’ampleur des évènements aura mystifiée la date de la révolution française qui avait pourtant commencé depuis un certain temps.

II. De l’Histoire de la méditerranée et du proche orient

Au 2° millénaire avant JC commence la propagation de l’écriture, vers le nord et l’ouest ; cependant à la fin de ce second millénaire survient une période trouble qui fait perdre à ces civilisations leurs acquis en ce qui concerne l’écriture.
Au 1° millénaire deux peuples vont partir vers l’ouest et importer l’écriture, les Phéniciens vers la méditerranée occidentale (Carthage) et les Grecs. Cela va entraîner une dilatation vers l’ouest de l’écriture et ceux qui l’avaient perdus récupèrent ce qu’ils avaient anciennement acquis.
A la fin du 4° siècle avant JC Alexandre le Grand élargit son empire vers l’est et fait rentrer ses conquêtes dans l’ère culturelle grecques.

A la fin du premier millénaire un nouveau facteur d’évolution majeure survient, se sont les romains, ils font entrer dans l’Histoire, l’Afrique, la Gaulle, et l’Angleterre.



HAMMOURABI : LE ROI LEGISLATEUR (1792-1750)

- Présentation chronologique et spatiale

Le mot Babylonien pour roi est SARRU.
Hammourabi est connu pour son code écrit en paléo babylonien, et de façon cunéiforme et non plus pictographique comme cela se faisait avant (Egypte).Ce code est gravé dans une immense stèle de bazalte.

Plus de mille ans après la mort du roi Hammourabi plusieurs rois le citaient encore comme exemple, c’est le cas d’Assourbanipal qui régna en 668. Les fonctions judiciaires et législatives qui apparaissent dans ce code faisaient partie des prérogatives royales il est donc normal que chaque roi édite un code de ligne de conduite à suivre dans son royaume.

Hammourabi est aussi connu pour avoir fait de Babylone, sa ville la capitale du monde orientale et aussi la plus célèbre. Les dates du règne d’Hammourabi sont relatives, en effet il est difficile de retrouver des dates exactes en se qui concerne cette période.

Prologue : L’audience de Shamash

A droite de l’image on peut voir le dieu Shamash faisant face au roi Hammourabi.

Shamash est un dieu solaire qui a aussi porté le nom de Samsu. Il appartient au principal groupe de dieux Babylonien. Il est le bon dieu du soleil, il permet aux plantes de pousser, sa sœur Ishtar est la déesse de la fertilité, il est aussi un dieu législateur et prompt à un gouvernement équitable. Shamash est donc un dieu législateur.
Nergal au contraire est le dieu du mauvais soleil qui apporte la mort.
Shamash est représenté assit sur un trône, et ses pieds ne touchent pas le sol, ils reposent sur ce qui doit représenter les montagnes (élément physique important pour désigner l’éminence des dieux) tous ces élément apportent un aspect important au personnage et qui le place plus haut dans la hiérarchie que le roi.
Il porte une robe à franges qui permet de l’identifier, une tiare à 4 cornes (pour son importance), et une barbe calamistrée, travaillée, sculptée qui est un élément de divinité.

Hammourabi, lui est placé debout les pieds au sol avec un habit moins spectaculaire. Il porte un chapeau nommé mortier destiné aux rois, sa barbe calamistrée est plus modeste que celle de la divinité.

Le roi et le dieu sont placés dans une certaine intimité, puisque qu’il s’agit là d’une discussion entre Shamash et Hammourabi mais cependant on voit une certaine distance entre les personnages du fait que l’un est un dieu et l’autre un homme.

Hammourabi salut le dieu qui lui remet des instrument de géomètres, se sont les instruments de l’arpenteur, il remet donc au roi les instrument qui lui permettrons de pouvoir régir son pays. Le roi n’est pas celui qui ordonne les lois mais celui qui transmet ceux que lui donne les dieux, il n’est en fait qu’un simple intermédiaire.

Introduction : Genèse de la première dynastie Babylonienne

Babylone né en 2000 avant JC, 200 ans avant Hammourabi dont le règne renvoie aux civilisations orientales. Son règne marque aussi le passage du paléo babylonien à babylonien quand la ville devient un empire, puissance maîtresse du proche orient.
Hammourabi crée l’empire babylonien, il est le 6° roi de Babylone.
Le phénomène de migration venant du désert Arabique a crée la Babylonie.
Akkad = Babylonie

I. Hammourabi un roi conquérant : de la cité état à l’empire

- «Le concert des nations »

Il existe trois régions en Mésopotamie, le SUMER, basse vallée de l’Euphrate qui donne sur le golf Persique, l’AKKAD, et l’ASSYRIE (pays d’Assum). La Babylonie se trouve donc entre les deux autres régions et est une partie centrale.
Babylone est un petit état parmi tant d’autres qui se heurte à deux autres états, Elam ( ? ) et Ekallâtum, qui sont les plus grandes puissances et qui dominent une large région de l’Akkad.
Hammourabi va tenter au début de son règne d’agrandir son territoire pour faire renaître le premier empire « universel » de la dynastie d’Akkad créé par Sargon I°. Hammourabi rêve d’un empire dès le début de son règne.

Toutes les informations que nous avons sur les tentions entres les pays du temps d’Hammourabi et donc des actes de ce dernier son répertoriés par le dernier roi de Mari, Zimri-Lim dans des archives et retraces les 25 premières années du règne d’Hammourabi. Cela est du à la volonté de Zimri-Lim de garder des traces écrite de toutes les lettres et informations sur les rois voisins de Mari.

- Un roi avisé

1775 avant JC :
Le roi Samsi-Adou meure et le royaume d’Ekallâtum s’effondre, trois rois se font la course pour le pouvoir, Zimri-Lim, Hammourabi et Ibal-Piel II (roi d’Esnunna). C’est ce dernier qui réussira à s’emparer du pouvoir.

1765 avant JC :
Les Elamites attaquent Ibal-Piel II puis Babylone. Hammourabi repousse les Elamites en créant une coalition, en 176 3 il attaque Larsa et s’en empare, c’est au tour d’Esnunna en 1762 puis de Mari en 1761.

Deux ans après la prise de Mari, il détruit la ville, c’est cette destruction qui a permit aux ruines d’être protégée du temps et faire découvrir aux chercheurs les archives de Zimri-Lim intactes. Mari est le Pompéi du monde Mésopotamien.

- Babylone capitale impériale

En 1907 on a enfin pu descendre aux niveau des strates du temps d’Hammourabi, mais on n’y a rien découvert de très intéressant si ce n’est que les nouvelles Babylones ont toujours eu la même architecture (routes et quartiers).
Pour avoir une idée de Babylone au temps d’Hammourabi il faut voir la cité de Mari.
Le Palais est une ville dans la ville organisé autour de deux cours :
Bab Anu (services, magasins)
Bit Anu (habitations)
On décompte 300 pièces uniquement au rez-de-chaussée sur 2,5 hectares. Hammourabi vivait dans le palais de ses ancêtres son palais était donc moi riche que celui de Mari.

II. Hammourabi le roi législateur : une justice de droit divin

- La loi du Talion

3500 lignes sont écrite sur le stèle en cunéiforme et qui se lisent en colonnes où le texte débute par un prologue où sont cité les dieux afin d’affirmer le pouvoir du code. On trouve de tout dans ce code sans ordre précis, et il se finit par une conclusion composée de malédictions pour apporter la garantie que le code sera respecté à travers les âges.
Ce code n’est pas un code à proprement parler, c’est plutôt une énumération de cas avec aucune tentative de juriste prudence.

Une proposition est appelée PROTASE, la sanction APODOSE.
Article 6 du code d’Hammourabi : « Si quelqu’un a volé le bien d’un dieu ou du palais, cet homme sera tué. En outre, celui qui a reçu dans ses mains le bien volé sera tué.

- Des dieux bienveillants

La partie inférieure de la stèle a été effacée, cette stèle a été retrouvée à Suse, une région ennemie, on en déduit donc que c’est un trophé qui a été capturé pour en faire un symbole. Pourtant cet objet était déjà symbolique avant d’être prit.

Cette stèle est faite en pierre car la pierre fait perdurer les écrits, cela est sans rappeler les tables de la loi de Moïse.

Il pourrait y avoir plusieurs codes d’Hammourabi, un par temple de dieux afin que chaque villages avec leur préférence puisse se croire protégé par leur dieu.

- Babylone capitale religieuse

Hammourabi a fait de la ville de Babylone une ville historique dont tout le monde parle et qui a fait rêver des civilisations entières.

Conclusion

L’empire d’Hammourabi a duré très peu de temps, dix ans après le début du règne de son fils, le pays de Sumer sort de l’empire Babylonien, en 1595 il n’existe plus d’empire Babylonien.
Les Hittites engagent le pillage de Babylone et le peuple Kassite envahi la Babylonie et ne choisit pas Babylone comme capitale.

Le renouveau de Babylone se fera au 5 siècle avant JC.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

0-note de cours Empty Re: 0-note de cours

Message  Admin Lun 12 Nov - 22:42

cours du 01/10/07 au 08/10/07

AKHENATON : LE ROI HERETIQUE (1358-1340)

Le roi Akhenaton ne s’est pas toujours appeler comme ça, il ne prend ce nom qu’en 1356, il signifie « celui qui plait à Aton ». Aton est une des divinités solaires.
Le nom est un théonime qui permet de mieux se faire prévaloir devant un dieu. Avant il se nommait Aménophis IV, qui est un théonime de Amon.
Le pharaon est une image de dieu, il est dieu, c’est donc le pharaon qui permet la crue du nil. Il exerce une théocratie, c'est-à-dire un pouvoir dans lequel le dirigeant est un dieu.

Un hérétique, c’est quelqu’un qui s’écarte du dogme, ce mot n’est pas adapter à la situation d’Akhenaton car il correspond à la bible et qu’il n’existe pas de bible en ce temps là. Il est dit hérétique car il est original dans sa politique religieuse. Il change de dieu de référence et pratique un activisme religieux particulier.

Akhenaton est connu depuis 1883 lorsque l’on a découvert à Akhetaton des lettres sur lui, il n’était mentionné auparavant dans aucuns autres textes. Le prêtre Manéthon qui avait fait la liste de tous les pharaons (en les rangeant par dynasties) n’en fait pas mention.
Après son règne, Akhenaton a subit une damnatio memoriae où l’on a effacer toutes les traces de son existence, cela serai dû à son choix de privilégier un dieu au détriment des autres (il serait le premier monothéiste). Son successeur est Toutankhamon.

Prologue : le triomphe d’Aton

L’image représente Akhenaton assit en face de sa femme, Néfertiti au milieu d’un disque solaire qui représente Aton. On peut voir trois enfants qui sont en fait les trois premières filles du couple royal. Les cartouches situés en haut à droite donnent les noms du couple et des trois enfants. Les rayons du soleil sont terminés par des ankh, croix de vie qui protège la vie des uns et des autres.
Alors que l’ancien art est immobile et n’a pas changé depuis une éternité, un changement radical vas s’opéré sous le règne d’Akhenaton. Cette gravure par exemple représente une famille qui ne pose pas immobile et qui suppose une intimité jamais vu auparavant dans l’art Egyptien. Le mode de représentation diffère donc des représentations habituelles.

Introduction

Akhenaton fait partit de la XVIII° dynastie, qui correspond à la reconstruction de l’empire Egyptien.
Le fondateur de cette dynastie est Amosis, roi de la haute Egypte (cf. : Ahotep, la reine liberté) qui réunifia la haute et la basse Egypte.
Il y a un chevauchement entre les règnes d’Aménophis III ET son fils Aménophis IV (Akhenaton), ce serai dû à une co-royauté à cause de l’âge du pharaon, au bout de deux ans de co-régence, Aménophis III ne régnait déjà plus du tout.

I. Akhenaton un pharaon révolutionnaire

- Un pharaon atypique

1358-1356, il n’y a aucuns changements dans la royauté Egyptienne

En 1356, on constate un revirement, on construit un temple à Aton dans le domaine de Carnac le grand sanctuaire de l’Egypte. A cette époque les seuls dieux solaires importants sont, Ré depuis la nuit des temps, et Amon dieu connu de Thèbes et qui sera avec la réunification sous Amosis élavé au range de Ré. Le temple d’Aton sera nommé Gempaaton.

En 1354, se construit une nouvelle capitale nommée Akhetaton, « l’horizon d’Aton », dans un lieu où il n’y avait auparavant rien. 14 stèles frontières délimitent le domaine d’Aton.

En 1352, Akhenaton quitte Thèbes pour s’installer dans sa capitale qu’il ne quittera plus.

En 1346, durant la fête rituelle de Durbar, la cours de Thèbes va venir s’installer dans la ville après la mort d’Aménophis III.

En 1344 les prêtres d’Amon seront persécutés par Akhenaton.

- Un nouveau culte

Aton n’est pas un nouveau dieu mais il a été tiré de son sanctuaire pour devenir un dieu solaire à l’image de Ré et d’Amon, le soleil étant un élément incontournable.
Akhenaton est maladroit car il privilégit trop un dieu au détriment des autres, ce qui rendra instable son règne sur la fin. La mise en place du culte d’Aton vient en partie de la volonté de s’émanciper d’Amon et de se libérer du pouvoir des prêtres pour devenir le seul dirigeant.

- Un nouvel art

Le coté androgyne du pharaon dans ses représentation viendrait de la volonté de ressembler aux dieu et de se faire représenter à leur image même si il s’agissait de femmes. La représentation dans les documents serait la déesse Hathor sous les traits d’Akhenaton. Certains éléments de ce nouvel art étaient déjà présents dans les règnes précédents.
L’évolution de l’art égyptien se poursuit après son règne pour certaines choses. Vers la fin du règne d’Akhenaton les images sont plus normalisées, les traits bizarres sont moins visibles. La caricature du début du règne fait pour marquer a disparue. Il faut relativiser l’approche de l’art au début de son règne.

II. Akhetaton une nouvelle capitale

- Une ville nouvelle

Akhetaton est une ville neuve et donc planifiée, elle fait 9km de long sur 1km de large. Elle pouvait contenir jusqu’à 50000 habitants.
On trouve 4 quartiers, les palais et les sanctuaires d’Aton, les palais de plaisance au nord, les palais de plaisance au sud et le village des artisans.

- Un nouveau complexe politico-religieux

Temple d’Aton qui est dans la continuité des temples égyptien. Progression initiatique vers le dieu.
Colonnades sans toits dans un espace ouvert, la dernière salle n’est pas sombre comme les autres temples mais lumineuses. Cela est dû au caractère solaire du dieu Aton.

- Une nouvelle nécropole

Tombes souterraines des premiers défunts de la ville, mais qui ont étés élevés lorsque la cours a quittée la ville à la mort d’Akhenaton.

Conclusion

La succession d’Akhenaton devait être assurée par l’un de ses gendres âgé d’une vingtaine d’années mais qui est mort tout de suite après lui.
C’est Toutankhamon précédemment appeler Toutankhaton qui devient le nouveau pharaon, il a 9 ans, il est manipulable et on lui fait quitter la ville et revenir aux anciens cultes. Après la mort prématurées de Toutankhamon, c’est le beau père d’Akhenaton, Aie qui prend le pouvoir mais vieux il meure et un général hérite du pouvoir et dissout la mémoire d’Akhenaton.

AGAMEMNON : LE ROI MYTHIQUE

Agamemnon est un nom grec. On ne trouve pas de nom de famille en Grèce. Le roi Agamemnon est mit en valeur par Homère dans l’Iliade (VIII° avant JC), un poème épique.
Iliade : Ilion : Troie
Agamemnon est dans cette histoire un roi grec que les autres rois grecs ont choisis pour les diriger. C’est un personnage mythologique qui intéresse les dieux et les mortels.

Agamemnon est le roi de Mycènes.
L’intrigue de l’Iliade se déroule durant la dernière année du siège de Troie, cette histoire est basée sur des héros de mythologie dont l’Iliade est la fixation de la tradition orale. Durant plusieurs années, la guerre de Troie servira de repère chronologique. Cette guerre se serait déroulée vers 1200 avant JC.

Prologue : Un roi en quête d’identité

Exhumé en 1874 à Mycènes, ce masque provient d’une sépulture aristocratique ou princière.
C’est un masque funéraire qui servait à recouvrir le visage du défunt par de l’or et ainsi lui donner une once d’immortalité. Ce masque date du 16° avant JC.

Introduction : Les grecs avant Homère

Heinrich Schliemann (1822-1890), est un Allemand qui durant sa retraite a exploité sa passion, l’Iliade et l’Odyssée.
Il découvre le site de Troie et d’Ithaque (qui en faite ne sont pas des découvertes mais les premières fouilles). Il découvre sur le site de Troie des bijoux datant du 3 millénaire avant JC.
On sait que Troie a été une grande ville mais pas qu’il y est eu une guerre.
Le site de Cnossos (Ithaque) date de 2000 avant JC. Pourtant la perte de l’écriture de ces civilisations (Mycènes, Troie, Cnossos) va entraîner la perte de leur histoire.

I. Le temps de l’épopée : Homère selon Heinrich Schliemann

- L’ombre de Minos

Communauté organisée en Crète, elle entre de plein pied dans les civilisations historiques. Le palais succède à la ville.
Au moment où la Crète décolle, il y a sur le territoire une invasion qui retarde de 4 siècles le développement des cité continentales par rapport celle de la Crète.
Le Palais de Cnossos est un labyrinthe bien ficelé, le nom de labyrinthe venant en fait du mot Labrys signifiant double hache.
Voir site archéologique de Cnossos

- L’ombre d’Agamemnon

Palais fortifié de Mycènes. Monde mycénien différent du monde Minoen, pas de villes, seulement un village. Les pièces royales sont appelées des mégarons (entrée immense, vestibule, salle du trône).
Voir site archéologique de Mycènes

- L’ombre de Priam

Troie est une ville isolée seule dans un cul de sac dans l’arrière pays anatolien. C’est le point ultime des mondes civilisés. On trouve beaucoup de matière première autour de Troie.
Voir site archéologique de Troie

Conclusion

Troie a été détruite en 1300 avant JC par un tremblement de terre, après cette catastrophe le pouvoir troyen est déclinant et n’est plus aussi important qu’avant.
Vers 1260 on trouve des traces de destruction par le feu et des traces de batailles titanesques, mais se serai les traces de pirates détruisant la ville après un pillage.
Le cheval revoit aux tremblements de terre, car c’est l’attribut de poséidon. Vers 1300 les civilisations Mycéniennes et Minoennes disparaissent aussi.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

0-note de cours Empty Re: 0-note de cours

Message  Admin Lun 12 Nov - 22:42

cours du 15/10/07 au 22/10/07

TARQUIN LE SUPERBE : LE ROI TYRANNIQUE (534-509 avant JC)

Lucius Tarquinus de son vrai nom avait pour grand père Démarate le Corinthien.
Tarquinii, ville de Tarquin l’ancien.
Superbe vient du latin orgueilleux.
Tarquin était roi comme son père.
Tyrannique : régime politique où un homme exerce un pouvoir de type monarchique durant une certaine période, un tyran est donc une sorte de monarque illégitime.
Tarquin est le dernier roi connu que les romains aient eus.

Prologue : La grande Rome de Tarquin

Pierro Di Giovanni Di Bonnacoasi = Perin del Vaga
Peintre florentin d’origine il fait une carrière romaine. Il est l’un des premiers maniéristes, il a été formé par Raphaël. En 1527 il quitte Rome à cause de Charlequin, il va à Pise et Gênes.
Sur sa toile on retrouve l’œuvre de son maître, l’école d’Athènes au Vatican.

Giove (Jupiter) optimus maximus (le meilleur, le plus grand), est le temple dédié à Jupiter que fit construire Tarquin, il est construit au 6° avant JC. De l’époque de Tarquin on trouve des constructions, un embellissement de Rome et une période prospère pour Rome.

Introduction : La légitimité de Tarquin

Pas de succession directe entre les deux Tarquin. Tarquin l’ancien arrive à rome et devient roi à la mort d’Ancus Marcus (il était riche et bon guérir). Il meurt en 578 lui succède servius Tullius son gendre, il meurt en 534, lui succède Tarquin ce le superbe.
Tarquin assassine sa première femme Tullia major avant de tuer avec sa seconde femme Tullia minor, Servius Tullius.

I. Tyrannis ou la véritable histoire de Tarquin le superbe

- Un roi conquérant

Maître de Lucinum : Tarquin le superbe réseau politique favorable, Octavius Mamilius personnage politique important.
Pour s’emparer d’une ville, Tarquin fait mine d’expulser son fils qui est accueillit dans la ville et devient premier magistrat de la ville pour frapper de l’intérieur. Même histoire pour tous les tyrans.

- Un roi bâtisseur

Construit le temple de Jupiter mais le fait de mauvaise façon, avec le sang et la sueur des libres citoyens de Rome. Il n’est pas inauguré par Tarquin, pour ne pas lui accorder la validité de son acte.

- Un roi ouvert

Achat de livres sibyllins par Tarquin, livres écrit par la sibylle de Cumes.
Il a fait u bon règne mais qui était mauvais dans les méthodes.

II. Respublica ou la véritable histoire de Rome

- Une révolution politique

Lucrèce (Lucretia en latin) était la fille de Spurius Lucretius et l'épouse de Lucius Tarquinius Collatinus. Elle était renommée par sa beauté et plus encore par sa vertu. Sextus Tarquin, l'un des fils du roi Tarquin le Superbe, en conçut de la jalousie. Venu en hôte chez Tarquin Collatin, il viola Lucrèce, commettant ainsi deux crimes d'un coup (contre une dame romaine et contre les lois de l'hospitalité). Après le départ de Sextus Tarquin, Lucrèce fit venir son père et son mari, ce dernier accompagné de Lucius Junius Brutus. Lucrèce, après leur avoir expliqué le forfait du prince et avoir réclamé vengeance, se donna la mort.
Ensuite, les hommes qui entouraient Lucrèce, surtout Lucius Junius Brutus, commencèrent à ameuter la population et à marcher sur Rome. Ayant rejoint la capitale, ils soulevèrent le peuple contre la famille royale et mirent fin à la royauté. Le roi Tarquin le Superbe, alors absent de Rome pour cause de guerre, revint en hâte, mais lorsqu'il arriva, les portes de la ville lui étaient fermées et il fut condamné à l'exil.
On garde tout de même en rex sacrorum.

- Une invasion Etrusque

Tarquin en 1508 se tourne vers un roi Etrusque qui l’aide à entourer Rome. Mais le Roi va changer de côté et abandonne Tarquin. Dès le début il voulait virer Tarquin.

- Une guerre Latine

Tarquin pas démonté pour autant va tenter une dernière bataille, en 499 au lac Régille qui oppose les citées du Latium à Rome.
Tarquin enjeux secondaire dans la guerre qui dépasse un seul homme.

Conclusion : l’indignité de Tarquin

César menace la république, nouveau Tarquin ? Brutus tue César comme Brutus se débarrasse de Tarquin. L’assassinat de César le divinise.

Epilogue : La grande Rome de César

On donne raison à César et non pas à Brutus. Dans l’enfer de Dente on trouve en enfer Brutus.

ALEXANDRE LE GRAND : LE CONQUERANT VISIONNAIRE (356-323 avant JC)

Alexandros de son nom grec fut roi basileus de Macédoine, la macédoine était la fin de la Grèce septentrionale. Il est le troisième Alexandre roi de macédoine, ce roi appartenait à la dynastie des argéades, d’origines divines (Hercule évoqué comme ancêtre des Argéades).
Il est appeler le Grand très tôt, il est responsable de cette appellation de par son œuvre conquérante.
Il contrôle les territoires du nord de la mer Egée puis étant son contrôle.
Alexandre est visionnaire car il avait le projet de constituer un empire universel, il veut unifier le monde. La vision des Grecs est assez étriquée de l’universalité, il y a eux et les autres, seul les Grecs ne sont pas des Barbares. L’intégration des autres est très difficile des deux côtés. Un grec comme Alexandre est qualifié d’original car il veut intégrer des civilisations non grec dans son empire.
Date de début de règne 336 avant JC, il était très jeune quand il s’est engager dans les conquêtes qui a fait sa célébrité.

Prologue : Le roi œcuménique

Sarcophage retrouvé en Phénicie qui durant l’empire d’Alexandre se trouvait en Perse. On l’appel le sarcophage d’Alexandre car sur les cotés du sarcophage est représenté Alexandre, c’est l’œuvre d’un certain Abdalomynos qui était roi de Sidon qui est mort en 312.
Sur le détail de gauche on peut voir Alexandre sur un cheval qui tien une lance et il frappe un homme qui est un Perse car il porte un habit de tissu, Alexandre lui-même porte des vêtements en tissu ce qui est hors norme. Il porte aussi la peau du lion de Némée (Hercules), il porte aussi des cornes de bélier en référence à Zeus Amon, divinité Egypto grec. Il est représenté comme un quasi dieu, image sublimé d’Alexandre.
Sur l’image de droite on voit toujours Alexandre qui porte un diadème (morceau de tissu qui tien derrière la tête, symbole royale), il chasse (chien à ses pieds), c’est plus précisément une chasse au lion. Le plus étonnant sur cette image c’est que le perse a ses coté semble être de son coté, convivialité avec les perses. Alexandre a vaincu les perses mais quand il les a conquit il a réussit à intégrer les perses à son empire. Abdalomynos a rejoint Alexandre qui l’a fait roi de Sidon pour exercer l’autorité en son nom, le personnage avec Alexandre serait donc Abdalomynos. Il est mort comme grec.
Le barbare peut devenir un grec temps qu’il n’est pas contre le roi.

Introduction : La légende noire d’Alexandre

Dans la littérature antique il y a une série de textes qui font l’éloge d’Alexandre, mais il y a aussi des textes qui disent le contraire. Les peintures de France et surtout des chrétiens montrent Alexandre comme un homme négatif. De nos jours l’aspect négatif d’Alexandre a disparut. Dans la mesure où Alexandre est parti d’un projet Grec pour finir avec un empire Barbare il finit par être prit pour un barbare lui-même, cette image est apparut dès son vivant.

I. Alexandre le Panhellène

- L’héritage d’Alexandre

Alexandre est arrivé aux affaires en 336 avant JC, il succède à son père Philippe II (359-336). Les macédoniens se battaient à chaval. Si Alexandre a pu réalisé cette oeuvre c’est que l’idée apparaît déjà sous le règne de son père, le règne brillantissime de son père lui a permit de réalisé son rêve. La macédoine est un royaume où il n’y a pas de ville, région rurale où la culture matérielle est absente. Seul le roi de Macédoine était invité au Jeux Olympique, les autres étaient exclus. Vu d’Athènes la Macédoine était mal perçue (région d’incultes, quasi barbares). Avant Alexandre et Philippe II on ne parlait pas du tout de la Macédoine, région de marche qui était souvent en conflit avec les barbares de l’ouest ce qui ne permettait pas de se cultiver comme à Athènes.
Philippe II met la main sur des gisements d’or ce qui lui permet de payer des mercenaires et de monté une armée afin de protéger son Pays. Progressivement Philippe II s’encre dans la Grèce et essaie de contrôler de centre politique de Delphes, il va aussi réformer son armée et en faire la plus important de la Grèce, il créé la phalange macédonienne dont l’élément principal est la sarisse. L’armée grecque se compose de fantassins et de cavaliers cote à cote sur plusieurs rangs, qui se protèges l’un l’autre dans une bataille sanglante, ne combattant qu’avec des lances. La sarisse est une lance qui mesure cinq ou six mètres qui donne une grande avance sur les autres. Durant la bataille de Chéronée en 338 qui oppose les grecques et les macédoniens, les macédoniens gagnent ils ne marchent pas sur Athènes mais propose une ligue dont le président est Philippe II, cette ligue est composée de tous les rois grecques. Ils souhaitent libérer les autres grecques sous l’emprise perse.
En 336 Philippe II est assassiné et Alexandre reprend les actions de son père. Alexandre a eu comme maître Aristote le plus grand savant de son temps qui a une ouverture d’esprit car lui-même vient du nord de la Grèce.

- Le franchissement de l’Hellespont (334)

Il s’est écoulé deux ans entre son avènement et le début de son expédition. En effet certaines villes lèvent les armes contre la macédoine, la ville de Thèbes par exemple sera rasée par Alexandre pour s’être soulevé contre lui. L’empire grecque s’étant autour de la méditerranée, le rapport de force entre la Grèce et les Perses est que les Perses ne sont pas un peuple mais une multitude de peuples et l’empire perse est inégalement peuplé il existe des zones désertiques. Le roi des Perses Darius III ne peut pas mobilisé toutes ses troupes il ne peut mobilisé que des compte agent il ne dispose jamais de toute l’armée Perse et s’il en disposait toutes les armées ne parleraient pas la même langue. Alexandre possède entre 40000 et 50000 hommes pourtant Darius possède plus d’homes mais ne possèdes pas la technique macédonienne de bataille.
En 334 Alexandre franchit l’Hellespont (bras de mer entre la Grèce et la Turquie), et commence par la victoire du Granique. Darius III n’était pas présent lors de cette bataille, Alexandre va libérer toutes les citées grecs de la région, seul une ville résiste c’est Halicarnasse. Alexandre remonte vers le nord pour repartir vers la Syrie car il n’y a pas de route grecque vers le sud.
Alexandre avait une célébrité charismatique auprès de ses hommes, il les a tout de même conduit de l’autre coté de la mer Egée et aux porte de l’inde. Le sanctuaire de Gordion avait un noeud qui était réputé infaisable, lui va couper le nœud en deux le faisant passer comme le prochain maître du monde (la légende prétendant de celui qui réussirait a dénouer ce nœud serait le roi du monde).

- La défaite de Darius III

Au début de 333 il reprend son chemin vers l’empire Perse. La première bataille entre Darius et Alexandre se fait à Issos, Darius qui ne prend toujours pas Alexandre au sérieux est venu avec sa famille et son harem, mais il perd et fuit laissant derrière lui sa famille et son harem. Panique dans les rangs féminins, la mère de Darius et leurs filles prennent Ephaistion pour Alexandre et lui demande grâce, Alexandre avec bonté prend sous sa protection la famille de Darius, la clémence d’Alexandre soigne son image. Il la soigne aussi pour pouvoir sympathiser avec les perses pour avoir des ralliements.
Il rallie l’Egypte et là aussi geste spectaculaire, il se rend dans une oasis (oasis de Siouah) où les dieux le confortent dans le fait qu’il finira roi du monde.
Il affronte Darius III à Gaugamèles où il gagne de peut et où Darius s’enfuit encore. Il délivre toute la vallée de l’Euphrate, il est au cœur de l’empire Perse, il est le roi de Babylone. Il commet un geste ambiguë, il met le feu au palais de Persépolis, on pourrait y voir un avertissement pour Darius III mais c’est tout autre. Il brûle ce palais pour venger la destruction des temples grecs par les perses à Athènes.
330 tout va basculer pour Alexandre.

II. Alexandre le roi des rois

- La succession de Darius III

L’entourage de Darius ne croit plus en lui est Bessos le fait assassiner et prend le nom royale de Artaxerxès. On raconte que Darius III en train de mourir demande de faire prévenir Alexandre qu’il s’est fait assassiné, Alexandre arrive vers Darius et celui-ci lui demande de devenir son héritier et de le venger. C’est une arnaque pour légitimé son pouvoir et battre Bessos légitimement avec le soutient perse. Il prend donc le titre perse de roi des rois.
La proskynèse est une coutume perse de se prosterner devant le roi, alexandre exige des grecques la proskynèse, après 330 il y a des crises dans le camp grec à causes des pratiques orientale autour de lui. C’est aussi durant cette période qu’il va épouser une indigène du nom de Roxane dans sa volonté de faire perdurer une lignée à la fois prese et grecque.

- Le franchissement de l’Indus (326)

Il commençait à y avoir une lassitude dans son armée, la fin de l’empire perse est arrivé mais Alexandre apprend qu’il y a d’autres empires après les perses. Pourtant devant le refus de continuer de ses compagnons il met fin à ses conquêtes, il fait construire des autels en prétendant qu’il a finit la conquête du monde.
Il créé une nouvelle société aristocratique perse et grecque avec les mariages de ses soldats avec des indigènes.
Il meure de maladie en 323 à Babylone.

- La postérité d’Alexandre

Alexandre a deux héritiers, son frère et son fils qui vient de naître peut après sa mort. Son fils est trop jeune pour gouverner et son frère était à moitié fou, il y a donc une tension très forte entre les généraux pour assurer la régence, l’empire va donc éclater entre les généraux. L’empire ne disparaît pas mais est divisé et toujours aux mains des grecques jusqu’au proche orient.
Portrait type d’Alexandre par Lysippe, personnage jeune du fait de sa mort jeune et de ses conquêtes commencées très jeune. Les cheveux en arrière pour l’aventure et les rides du soussit. Les rois hellénistiques qui lui succèdent frapperont les pièces à l’image d’Alexandre (les rois identifiés à Alexandre). Mosaïque de la maison du faune de la bataille d’Issos, raconte la défaite honorable de Darius thème qui n’est pas anti perse, ni anti Darius, rapport équilibré entre les perses et les grecques.

Conclusion : Le roman d’Alexandre

A l’époque Romaine le coté positif d’Alexandre est plus fort. Même dans les pays musulmans Alexandre restait un personnage présent où il bénéficie d’un bon point de vue. Il existerait une tradition du renouveau d’Alexandre qui reviendrait chez les perses.

Epilogue : Le roi de trèfle

Le nom du roi de trèfle est Alexandre, les noms correspondent à quatre moments d’histoire.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

0-note de cours Empty Re: 0-note de cours

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser