h.a.a
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -54%
PHILIPS HI5910/99 Centrale Vapeur – effet ...
Voir le deal
59.99 €

Enluminure et art précieux à l’époque carolingienne

Aller en bas

Enluminure et art précieux à l’époque carolingienne Empty Enluminure et art précieux à l’époque carolingienne

Message  Admin Sam 10 Nov - 17:36

Enluminure et art précieux à l’époque carolingienne


Les manuscrits : première enluminure, une production de luxe.
L’enluminure est un art qui revient à la mode à la fin du VII è siècle dans la Gaule romaine.
La tradition britannique va imposer un décor nouveau, un décor géométrique qui va être associé aux arts grecs et latins.
Invention irlandaise : la lettre ornée ! la diffusion de la lettre ornée va se faire à partir de la tradition du manuscrit.
Il y a une certaine recherche de réalisme dans la peinture sur les manuscrits antique.
Il y a également une volonté de composer les scènes autour de décors animaliers.
- guerriers avec bonnets phrygiens
- peinture d’apocalypse = superposition des bleus de l’eau …
ex : - Ivresse de Noé
- Genèse de Vienne , Joseph en prison
- Résurrection de Lazare, évangile de Lossano
Le manuscrit a une importance particulière, on peut le voir par le cadre en bordure et l’architecture intérieure. Il y a un développement du décor de la lettrine que l’on va mettre en cadre avant l’arrivée de l’enluminure carolingienne.
Pendant la période carolingienne , les œuvres sont très localisées, il existe d’ailleurs des écoles :
- évangéliaire de Charlemagne , dit de Godescalc ( 781) :
recherche de perspective, d’espace . importance de la composition inscrite dans l’architecture. Mise en cadre de l’architecture. Architecture illusoire. Inscription fuyante.
Sources paléochrétiennes. Problème de la maîtrise de l’espace.
- évangile du couronnement , vers 800
Tradition du portrait hellénistique
Source ou artiste ( Démétrius )byzantin
- Ecole de Reims, vers 820
Cadre plus sommaire dans l’environnement .
Sacramentaire de Drogon = la lettrine est un prétexte pour introduire des personnages et des entrelacs avec des lettrines, de scènes particulières. Inspiration de l’évangile du couronnement .
- Ecole de Metz ( sacramentaire de Drogon, vers 845)
Rinceaux gras et tentaculaires.
Première apparition de la lettre historiée.
- Ecole de Tours
Cycle narratif à partir de sources paléochrétiennes.
Charles le chauve 843, Saint martin de Tours.
Tradition issue de l’antiquité dans la vision du souverain en plus de l’iconographie narrative dans l’image et de l’idée que l’empereur représente le Christ.
Bible de Moutiers ; Granval ; Londres
Cycle en bande : recherche d’une composition beaucoup plus narrative avec une figuration de la végétation stéréotypée dans la vision du sol.
Image politique de l’empereur gouvernant avec les grands de l’église.



Ivoires et arts précieux


Les ivoires dépendent de la capacité qu’on les gens à se procurer des défenses d’éléphants.
Art grenat, plaque-boucle plus des fibules de la tradition mérovingienne.
Renouveau technique placé dans le prolongement d’objets majeurs qui place l’art mérovingien dans cette tradition.
→ Chasse de Pépin le Bref
Coffre en bois taillé sur lequel on a martelé une tôle d’or pour lui donner les formes taillées coincées dessous. Présence de mailles semi-précieuses ainsi que des pierres.
A cette époque, les arts précieux étaient au service du pouvoir.
→statue dite de Charlemagne, Louvre
Seule ronde-bosse en plein-relief de la période carolingienne, c’est également le seul portrait connu de Charlemagne.


Le personnage sur le cheval est bien proportionné. Il a les attributs des combattants Francs même s’il porte la toge romaine. C’est ici un rappel de l’antique avec la toge. Il tient un globe terrestre dans la main. Il n’a pas d’étrier.
La provenance de cet objet n’est pourtant pas certaine car c’est Alexandre le Noir qui a récupéré cette statuette et c’est également lui qui l’a identifié comme étant celle de Charlemagne.
Les chercheurs pensent que c’est plus une statue du trésor de la Cathédrale de Metz qui était sorti tout les ans pour le souvenir de Charlemagne.
Dans la composition de la statuette, trois morceaux sont d’époques différentes :
- le cheval est de l’époque antique
- le corps et la selle
- la tête a été raccrochée plus tard au corps.
La statue était primitivement dorée . Il reste un peu d’or dans les petits recoins. La main droite de la statuette a été grossièrement restaurée. La tête est remplie de bronze alors que le corps est vide. Les jambes sont pleines également. La queue du cheval et les trois jambes posées au sol ont été refait.
Le caractère mal proportionné de certains endroits de la statuette tient du fait qu’elle appartient à trois origines différentes.
C’est néanmoins un élément important car c’est la seule image de l’empereur que l’on a de l’époque carolingienne, même s’il est très difficile de la dater.
La statue fait environ 30 cm de hauteur.
Cette technique de la taille nous montre la capacité des fondeurs et des tailleurs.
Statuette de la seconde moitié du IX è siècle, ce serait donc plus Charles le Chauve ( fils de Charlemagne ) , que Charlemagne , mais la polémique persiste à dire que c’est Charlemagne.
Retour aux références antiques avec un renouveau exprimé par le globe céleste dans la main du cavalier = tradition du roi chrétien.
→épée de charlemagne dite « Joyeuse »
http://www.insecula.com/oeuvre/O0002637.html
Epée qui provient du trésor de Saint-Denis.
Epée à pommeau à feuilles d’or avec des têtes d’animaux stylisées sur la pointe.
Cabochons et pierres semi-précieuses dans le manche .
→ Reliquaire de Charlemagne
Mélange entre pierre semi-précieuse, émail au chant-levé et camé = mérovingien .
La tradition antique est reprise dans les sceaux :
- sceau de Louis le Pieu
- sceau de charlemagne
Tout deux étaient des empereurs carolingiens.
→ Reliquaire lanterne de Bégon
http://www.i.nsecula.com/oeuvre/O0008278.html
Lanterne qui servait pour le culte des morts et où on plaçait de l’encens. On peut y voir un combat entre un homme et un lion. Enveloppement du personnage et du lion par le drapé et l’ovale du médaillon .
C’est un travail effectué sur un support en bois , taillé aux ciseaux . on a ensuite martelé sur le bois taillé de la tôle d’or pour lui donner les formes taillées. Cela montre une certaine maîtrise de la part de l’artiste.



L’ivoire :

L’ivoire est un produit essentiellement carolingien . arrive l’Islam dans la rive Sud , ce qui va couper le trafic de l’ivoire saharien depuis l’Afrique. A la fin du IX è siècle, le marché indien va réalimenter les marchés d’ivoire.
Durant la période carolingienne , il va y avoir un travail sur l’ivoire antique pour pouvoir graver par-dessus .
Recherche de la sculpture qui est donc contrainte par les dimensions des défenses d’éléphants , on voit donc apparaître une adaptation de la recherche.
Il y a donc dans la sculpture de l’ivoire une organisation en bandes , en registres successifs, avec des représentations végétales en bordure de cadre.
Il y a une expression de relief avec très peu de moyens.
→ trône de Maximin, Ravenne, Vi è siècle.
Figuration évangélistes des drapés antiques.
→ Munich, baptême
Inspiration dans l’art de l’enluminure. Thème du Christ sortant des eaux avec la présence de la colombe, de dieu, de saint Marc évangélisant .
→ évangiles de Lorsh, Rome, Musée du Vatican
Technique plus performante . plaque en ivoire assemblée par des charnières métalliques. Mouvement du drapé lissé. Les éléments du mal sont aux pieds .
On peut voir une grande liberté dans la représentation des anges : tradition antique et renouveau dans l’ivoire :
- Vierge à l’enfant
- Vienne , Ascension , vers 830
La main de Dieu vient appeler l’élu pour le rejoindre.
→ Saint Jean l’évangéliste , New-York
→ Pyxide, Londres, vers 810
→ Livre de prière de Charles le Chauve , vers 850-856
Composition mouvementée , une certaine virtuosité qui révèle une maîtrise de la composition .
→ Diptyque en ivoire présentant l’empereur Anastase Ier ( 491-518 ) , Barberini.
Plaque de 15 cm de large sculptée en très haut relief , presque en ronde-bosse pour le personnage central ( environ 2 cm d’épaisseur ) . on peut voir une allégorie de la Victoire au-dessus de lui.
Il y a une femme assise sous le cheval en signe de soumission = allégorie de la soumission de la terre face au souverain .
Sur la plaque supérieure on peut voir un buste du Christ qui vient bénir l’empereur. Il y a aussi un génie qui tient une statue de victoire à droite de l’empereur .
Sur la plaque inférieure on peut voir des peuples vaincus qui sont appelés par la victoire ailée pour venir s’allier au souverain vainqueur.
On peut également apercevoir un indien qui porte un défense d’éléphant = recherche très forte.
Image de l’empereur victorieux pour la gloire de l’empereur .
Série de tradition à la fois antiques et carolingiennes dans les manuscrits et dans les ivoires
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser