h.a.a
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -31%
Resident Evil VIllage sur PS5 [Précommande]
Voir le deal
48.51 €

Architecture et liturgie à l’époque carolingienne

Aller en bas

Architecture et liturgie à l’époque carolingienne Empty Architecture et liturgie à l’époque carolingienne

Message  Admin Sam 10 Nov - 17:38

CM histoire de l’art médiévale : cours du 2 novembre 07 de 8h à 10h
Architecture et liturgie à l’époque carolingienne ( suite )

Entre Rome et La Gaulle c’est une période de balancement liturgique. Le modèle global de cet architecture est une façon de célébrer deux traditions :
- d’une part la tradition romaine : in more romano . prière tournée vers l’est . la réforme liturgique apporte d’importantes modifications dans la structure de l’église : l’autel est à l’est , déplacement de l’autel du centre vers le fond de l’église. L’abside devient à motif oriental . ex : église Saint-Denis de Metz où il y a une imitation de Rome par la présence d’un autel placé sous un ciborium . Le modèle romain s’oppose à un autre modèle de rénovation ( renouveau de l’Empire romain dans la religion chrétienne ) : le saint Sépulcre , avec le modèle du tombeau du Christ. Le tombeau du Christ est divisé en trois espaces : une rotonde ( résurrection du Christ = Anastasis . voir wikipédia = http://fr.wikipedia.org/wiki/Anastasis ) ; au centre le Golgotha ( rocher du Calvaire , voir Wikipédia = http://fr.wikipedia.org/wiki/Golgotha_%28Calvaire%29 ) juste la ou se trouvait un vaste portique mendiant ; et enfin un martyrium à la place d’un vaste atrium ( avec la grotte de la création de la croix ) .
Le modèle de l’église pour la tradition romaine est un modèle à plan centré .
- la tradition gauloise : espace centré sphérique et un espace basilical qui compose la nef .
Entre ces deux modèles on retrouve les principaux éléments de l’architecture de cette époque.
Au centre du pouvoir il y a une imitation très forte de l’Anastasis de Jérusalem alors qu’en Italie c’est le plan basilical qui est préféré.
En suisse et en Gaule , une nouvelle liturgie apparaît. Elle comporte une multitude d’absides orientées , un développement important du massif occidental , on a parfois même 2 absides ; enfin on a une combinaison en plan centré avec un plan basilical avec une rotonde au milieu.
→ Fulda ( 791-819) : abside secondaire orientée et transept
Importance des massifs de transept avec absides .
→ Spire , Cathédrale
Edifice charpenté.
Préoccupation d’une recherche de deux orientations : le massif oriental et le massif occidental = clocher de façade, tribune est la liturgie spécifique de l’étage du massif occidental.
→ Saint Pantaléon de Cologne
Dans les églises Suisses reculées, le massif oriental perdure et le modèle de Jérusalem va conduire l’Abbé et Saint Riquier à décider de la mise en place d’un grand monument. A l’ouest de ce grand monument sera rendu le culte de Saint Riquier , à l’est sera rendu le culte du Saint-Sauveur et au centre du monument , un culte à l’Assomption.
Selon la légende, Angilbert prend dès 790, l’habit de Saint-Benoît, à l’abbaye de Saint-Riquier, dont il édifie la nouvelle église, élu abbé de ce monastère en 792.
A l’ouest va se développer une chapelle haute ouvrant sur la nef qui fait le lien entre la chapelle occidentale et la chapelle orientée. Il y a donc une bipolarité dans la tradition de Jérusalem.
→ modèle de Corvey ( 873-885 )
Plan à tribune ouvrant sur une nef portant deux chapelles dont une haute.
Il existe une architecture du pouvoir :
Par exemple le palais de Charlemagne à Aix-la-Chapelle à Ingelheim. Ce palais est divisé en trois parties :
- une partie résidentielle en demi-cycle
- une grande salle royale = la Aula Regia ( 48× 20 m )
- une chapelle palatine .
Le palais fait plus de 200 mètres de long. Il comprend un vaste portique à l’entrée qui ouvrait sur le palais mais il comprend aussi un grand espace thermal.
La chapelle a une entrée monumentale , la chapelle en elle-même fait 16 m de diamètre . elle est composée d’un grand atrium avec porche à l’ouest. La chapelle est construite sur deux niveaux, au deuxième niveau on trouve des tribunes à, arcades avec porches . deux grandes tourelles d’escalier permettent d’accéder à ce second niveau.
La Aula Regia était une grande salle de justice , d’apparat, ou se faisait les banquets de l’Empire.
De grandes fenêtres d’axes éclairaient le porche.
Il y a une mise en scène du pouvoir qui se fait par une hiérarchie de l’architecture.
La chapelle disposait de deux chœurs placés à l’est et à l’ouest. Le roi s’asseyait sur un trône constitué de plaques de marbre blanc, au premier étage et à l’ouest ; il était entouré par les proches de sa cour. Il avait ainsi vue sur trois autels : celui du Sauveur, juste en face, celui de la Vierge au rez-de-chaussée et celui de saint Pierre, au fond du chœur oriental.
Charlemagne avait voulu un décor somptueux pour sa chapelle : il avait fait réaliser par une fonderie près d’Aix des portes en bronze massif. Les murs étaient revêtus de marbre et de pierres polychromes. Les colonnes encore visibles aujourd’hui, ont été prélevées sur des édifices de Ravenne et de Rome, avec l’autorisation du pape. Les murs et la coupole étaient couverts de mosaïques, mises en valeur par des luminaires et par l’éclairage extérieur qui entrait par les fenêtres. Eginhard, dans la Vie de Charlemagne (vers 825-826), nous livre une description de l’intérieur :« [...] Aussi construisit-il [Charlemagne] à Aix une basilique d’une extrême beauté, qu’il orna d’or et d’argent et de candélabres, ainsi que de balustrades et de portes en bronze massif ; et, comme il ne pouvait se procurer ailleurs les colonnes et les marbres nécessaires à sa construction, il en fit venir de Rome et de Ravenne. [...] Il la pourvut largement de vases sacrés d’or et d’argent et d’une quantité suffisante de vêtements sacerdotaux [...]]. » Le souverain est ici placé comme intercesseur entre le Pape et le Christ . En effet, le roi est désigné par Dieu et est celui qui nomme le pape. Un texte d’Alcuin ( un conseiller de Charlemagne ) raconte que l’édifice a été créer selon le modèle de la Jérusalem Céleste. Le décor était très chargé, l’architecte, Eudes De Metz était surement d’origine arménienne . Ce décor antique relève d’une très grande connaissance des constructions antiques . il y a une volonté de réemployer l’art antique, cela permet d’avoir quelque chose de nouveau dans la continuité romaine mais aussi dans le christianisme.




Ci-dessous : coupe de la Chapelle Palatine



Ce palais va être copié notamment à Ottmarsheim et à Essen où le modèle octogonal de la chapelle Palatine est très présent et très puissant.
→ Germigny-des-Prés
Un évêque laïque proche de Charlemagne , construit une église pour célébrer le gloire religieuse du roi. A l’est on y trouve une mosaïque carolingienne avec l’agneau Pascal porté par deux anges . très élitiste. La forme générale de cette église est un triangle dans un carré de base avec une abside rapportée.
→ Le plan de Saint-Gall, 742
Cette abbaye à été conçue comme un modèle par l’évêque de Metz : Chrodegang ( mandat de 742 à 766). Cet évêque va fixer et faire appliquer par les chanoines les règles de vies pour les clergés régulier. Il va fixer les règles de ce que doit être un monastère. C’est un homme très important car c’est lui qui va donner la forme du monastère idéal . ce monastère devra comporter une école des laïcs, la maison de l’abbé et les hôtes des nobles. Dans ce monastère, l’importance de l’eau et de l’hygiène est capitale.
→Lorsh ( Hesse ), vers 800
Règles d’organisation interne des abbayes. L’église devient une succession de cloisons qui cloisonnent l’espace. Aujourd’hui il ne reste plus que l’immense portail qui ressemble à une sorte d’arc de Triomphe .

Un peu partout, perdurent des bâtiments de tradition antique et la recherche d’un décor à imitation antique.
→ Jouarre : très bon exemple de la recherche d’un décor à imitation de l’antique.


Le développement des cryptes reliquaires et le culte des saints

A partir de Saint-Pierre de Rome on voit se développer une crypte autour du tombeau de Pierre . On voit apparaître la mise en place d’un couloir semi-circulaire : le déambulatoire . Il va permettre aux fidèles de venir voir le saint. Il leur permet de pouvoir tourner autour des reliques et de les adorer.
Ce modèle va se développer avec Saint-Denis on l’on peut voir dans l’abside du martyrium des grilles et des fenêtres qui permettent aux fidèles d’être plus proches des reliques.
( Saint Maurice d’Agaune ; Croire Saint-Lucius )
→ Saint-Gall
Développement d’un martyrium autour de Saint-Gall, le reliquaire est desservit par un couloir = va conduire à développer une petite église au niveau inférieur pour y mettre le tombeau.
→Crypte de Saint-germain d’Auxerre, 841-859
Développement d’une crypte reliquaire . Le tombeau se trouve au centre de la crypte avec une galerie périphérique →seconde abside extérieure .
Pour réaliser cette crypte, une maquette en cire à été faite avant la construction. Il y a eu une recherche de déambulation périphérique autour du tombeau du saint adoré.
→ Soisson, Saint Ménard
Sept absides, un couloir central avec arrêtes.
→ Saint Philbert de Grandlieu , 836-847
Abbatiale Saint Philbert = développement d’un cryptorium pour adorer les reliques de Saint Philbert.
→ Flavigny, 860
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser