h.a.a
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -48%
Casque sans fil Bluetooth Bose QuietComfort 35 II
Voir le deal
197

notes de cours

Aller en bas

notes de cours Empty notes de cours

Message  Admin le Lun 12 Nov - 22:46

Iconographie Préhistorique

Iconographie : étude des représentations graphiques d’un sujet donné avec leurs sources, leurs significations, leurs placements.
Préhistoire : période de l’humanité comprenant l’ensemble des évènements antérieurs à l’apparition de l’écriture et à l’emploi des métaux.

Limitation à l’étude des cas les plus caractéristiques se trouvant en Europe occidentale.

Que représente-on ?
Comment représente-on ?
Pourquoi représente-on ?

Paléolithique (-800000 à -12000)
Mésolithique (-12000 à -6000) : début de l’agriculture et de la sédentarisation.
Néolithique (-6000 à -2000) : bouleversements sociaux liés à la sédentarisation, c’est aussi la période où apparaît la pierre polie et de la poterie.

Paléolithique supérieur : climat plus rigoureux (+ froid), le niveau de la mer est donc plus bas (l’Angleterre est rattachée au continent), le paysage se compose de stèpes et de forets.

Animaux : Rennes, mammouths, rhinocéros laineux, antilopes saïgas, bisons, mégacéros, amorchs, lions, ours des cavernes, phoques, pingouins …

Mode de vie : chasse, cueillette. C’est une société nomade qui se déplace en fonction des saisons.

Habitat : Huttes, grottes.

L’art pariétal désigne toutes les représentations graphiques peintes, gravées et sculptées disposées sur des parois rocheuses souterraines.
Contrairement à l’art rupestre où les peintures se trouvent à l’extérieur, l’art pariétal se trouve à l’intérieur, le plus souvent des grottes.

Il existe plus de 300 grottes ornées dans la région magdalénienne.
La répartition de l’art pariétal se fait dans le sud est de l’Europe, la Cantabrie, les Pyrénées et l’aquitaine. Les sites les plus connus sont, Altamira, Lascaux, Chauvet, Cosquer.

Les thèmes
- Chevaux, bisons (bosse dorsale appelée voussure dorsale, port de tête bas, pelage au dessus et au dessous de la tête), bouquetin (grandes cornes recouvrées vers l’arrière), aurochs (espèce de taureau), cerfs, biches, mammouths (voussure dorsale, forme allongé du crâne et haut, défenses avec deux courbures), rennes (bois recourbés vers l’avant plus larges que ceux des cerfs, port de tête bas, museau carré), ours, lions (pas les mêmes qu’en Afrique), rhinocéros (laineux), poissons, mégacéros (cerf plus massif et plus robuste, ressemble au cerf de princesse mononoké), oiseaux.
- Il y a peut de représentations humaines, et de plus ils sont rarement représentés entier. On trouve aussi beaucoup plus de représentations de femmes que d’hommes. Les têtes des hommes sont beaucoup plus caricaturales et moins réalistes que celles des animaux. Les vulves ont souvent étés représentés ainsi que des mains, les fameuses mains positives et négatives. Les êtres humains sont peu représentés par rapport aux animaux, de plus ils sont beaucoup moins bien faits. Les animaux sont représentés de profil, les hommes de face. Il n’y a aucunes représentations de végétaux.
- On peut aussi voir des êtres imaginaires, comme les humains composites (êtres qui tiennent à la fois de l’homme et de l’animal), les animaux composites (être qui tient de différentes espèces animales), et les animaux irréel.
- Les signes constituent la plus grande part de l’art pariétal, codification abstraite.

Les techniques
- La peinture consiste à appliquer un colorant sur une surface, si l’on ne dessine que le contour on parle de dessin, si la surface est peinte, on parle de peinture. Dessin au trait, peinture en teinte plate. Si cette peinture utilise une seule couleur on parle de monochrome, deux couleurs de bichrome, plus de deux couleurs, polychrome. Il existe plusieurs procédés, au doigt, au crayon (battons de charbon ou d’ocre), au pinceau, au tampon pour les teintes plates, et la technique du soufflé (aspect vaporeux souvent associer au pochoir). Les pigments utilisés sont le noir (charbon, os carbonisé ou oxyde de manganèse), le rouge (ocre), et le jaune (limonite, hémanite ou oxyde de manganèse).
- La gravure est un tracé en creux réalisé à l’aide d’un objet dont la dureté est plus forte que celle du support. Un tracé gravé fait apparaître la surface plus claire que la surface visible.
- Le bas relief se trouve toujours sur une paroi, on dégage la matière de façon à la faire ressortir.
- Le modelage se fait à base d’argile qui se trouve sur la paroi et au sol afin de lui donner une forme en relief.

La scène du puit (grotte de Lascaux, France)
Dessin au trait représentant un homme et un bison. L’homme est un homme composite (bec) qui a probablement du avoir un accident de chasse (attaque du bison qui perd ses boyaux mais qui n’est pas mort et charge l’homme qui tombe).

Phoque n°1 (grotte Cosquer, France)
C’est une gravure de phoque. C’est la preuve qu’il y a eu des phoques en méditerranée. L’entrée de la grotte se trouve à 30 mètre sous l’eau, mais la grotte est plus haute, le niveau de l’eau était plus bas à cause des glaciers.

Femme à la corne (abri sous roche de Laussel, France)
La technique principale est le bas relief mais il est aussi utilisé la gravure sur la main et l corne, on trouve aussi des traces d’ocre. Cette statue a été polie pour rendre un meilleur aspect. Elle tien une corne la tête tournée vers elle comme si elle s’apprêtait à boire. Elle est l’image de la fertilité.

La licorne (grotte de Lascaux, France)
Teinte plate et technique de la peinture soufflée. C’est un animal imaginaire dont le crâne ressemble à celui d’un lion et le corps à celui d’un rhinocéros.

Bisons modelés en argile (Le Tuc d’Audoubert, France)
Bisons reconnaissables à leur voussure dorsale et à leur crinière au dessus et en dessous de la tête qui elle a été faite en gravure pour faire ressortir le relief.

Mammouth dit « le grand père » (grotte de Rouffignac)
Dessin au trait. Rouffignac est la grotte où sont représentés le plus de mammouths.

Bouquetin n°8 (grotte Cosquer)
Bouquetin gravé dont la tête est représentée de face ce qui est plutôt rare dans l’art pariétal. On peut voir un trait incisé dans la roche au niveau du dos du bouquetin qui pourrait figurer une lance ou une flèche.



Caractéristiques générales :
Les figures les plus représentées sont les animaux.
On peut voir dans certaines représentations, des superpositions d’animaux :
- Au artiste plus récent recouvre le dessin d’un autre par le sien.
- Superposition volontaire.
La perspective permet une représentation en trois dimensions. L’illusion de la perspective est donnée par les cornes et les pattes.
L’animation est suggérée par la position du corps mais surtout par les membres.
Trop : jambes légèrement repliées
Galop : jambes tendues
Bondissant : membres vers l’intérieur
La position de la tête marque un moment précis comme boire ou être aux aguets.

Second cheval chinois (grotte de Lascaux, France)
Dessin au trait, teinte plate pour la robe et peinture soufflée pour la crinière. On peut y voir de la perspective et de l’animation (cheval au trop), on voit aussi la présence de sagaies et de flèches.

Bison accroupi (grotte d’Altamira)
Voussure dorsale et jambes repliées, utilisation d’une roche déj présente et avec du relief pour y dessiner un bison. Les proportions sont respectées même avec une position irréelle. Le dessin est en teinte plate et avec du dessin au trait.

Lions du grand Panneau (grotte Chauvet, France)
Dessin au trait noir qui contraste avec la couleur blanche de la pierre grattée. Les lionnes sont très réalistes, chaque détails anatomiques sont représentés, la superposition donne un effet de mouvement, les lionnes s’apprêtent à chasser un troupeau de bisons.

Sorcier ou « dieu cornu » (grotte des trois frères, France)
Humain composite (jambes et mains humaines). Ce pourrait être un sorcier portant un masque avec des bois et une queue de cheval effectuant un mouvement de danse dans une danse chamanique mais c’est une théorie très controversée.

Bouquetin (abri du Roc-aux-sorciers, France)
Bas relief extrêmement réaliste et parfaitement bien maîtrisé grâce notamment à un effet de perspective.

Pingouins (grotte Cosquer)
Dessin au trait, l’espèce est le grand pingouin (disparu aujourd’hui), c’est un motif rarement représenté. Il y a un effet de mouvement. Ce serait une bataille entre deux pingouins (en haut) pour une femelle (en bas).

Bisons acculés (grotte de Lascaux, France)
Bichrome en teinte plate, effet de recul par rapport aux pattes, leurs arrières trains sont superposés ce qui ajoute un effet de perspective à celui des pattes.


DATATION DIRECTE
Contenu iconographique : présence d’animaux disparus après le paléolithique supérieur.
Carbone 14 : le contenu de carbone 14 est stable chez tous les êtres humain et diminue après la mort, on utilise donc la peinture faite avec des végétaux (bois brûlé, os carbonisé) pour dater une peinture.

DATATION INDIRECTE
Recouvrement stratigraphique : on ne date pas l’œuvre mais des couches sédimentaires.
Contexte topographique (comme avec la grotte Cosquer)

Art ludique ?
Une magie de la chasse ?
Art de Chamanes ?

Caractéristiques générales

L’art mobilier est un art fait sur des objets qui peuvent être déplacés. L’art mobilier est beaucoup plus élargi en Europe que l’art pariétal.
Thèmes : - signes
- animaux
- humains, on en trouve beaucoup plus que dans l’art pariétal.

Supports : - matériaux d’origine organique, cornes, os, défenses, bois, coquille, dents.
- matériaux minéraux

Technique : - gravure
- sculpture (bas relief et rond bosse)
- modelage

Objets utilitaires

Sagaies, e bois ou en os avec une pointe.
Harpons.
Bâtons percés, en bois de renne avec un manche allongé et une extrémité plus large percé d’un trou.
Propulseur, sert de levier et de prolongement du bras pour lancer la lance plus puisement et plus précisément. Propulseur dit « le faon aux oiseaux » (mas d’Azil), il aurait pu avoir à l’origine un œil en ambre. On a pu voir un propulseur avec un œil en ambre dans la grotte de Bédeilhac. Grotte des trois frères : propulseur avec deux bouquetins en affrontement. Dans la grotte du mas d’Azil on trouve un propulseur avec deux têtes de cheval.
Baguettes demi rondes, objets demi cylindriques réalisés en bois de cervidés, une face plate et une face convexe. Représentations géométriques, leur fonction est incertaine (sans doute un élément de sagaie).
Autres : - fragment d’os de renne gravé (grotte du Chaffaud Vienne).
- femme au renne (abri de Laugerie basse), fragment du décor maîtrise de la gravure avec une incision dissymétrique (dégradé qui ne se oit pas).

Objets symboliques

Pendeloques, objets de parure destinée à être pendue.
Contours découpés, objets plats de petite taille et de section très basse qui compose une figure. Fonction inconnue.
Rondelles, objets plats de section mince réalisé à partir de plaquettes en os ou de bois de cervidés mais rond avec un trou au centre, on trouve de la gravure sur les deux faces.
Plaquettes gravées, Gonnersdorf, femmes superposées stylisées.
Gravure sur cylindre, bâton aux cerfs et aux saumons (grotte de Lortet, haute Pyrénées). Gravure sur l’ensemble du contour. Procédé du déroulé pour voir le décor dans son ensemble.
Statuettes, statuettes animales. Grotte de Hohlenstein-Stadel : corps d’homme tête de lion en ivoir, rapport avec le dieu cornu de l’art pariétal. Les statuettes féminines sont très répandues, elles ont une exagération des formes féminines. Vénus I, wenllesdorf est la plus réalise. La dame à la capuche, grotte de Brassempouy, les traits du visage sont très équilibrés que sur les autres statuettes où l’on ne discerne pas de visage.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

notes de cours Empty Re: notes de cours

Message  Admin le Lun 12 Nov - 22:46

L’ART MESOLITHIQUE, DECLIN OU INNOVATION ?

I. Mésolithique : caractéristiques de la période

Le débat

Il faut savoir si cette période peut être considérée comme une période propre. C’est une véritable période de transition. Au fil des découvertes on a déduit que cette période était une période propre.

Caractéristiques

Les importants changements climatique, le réchauffement, la fonte des glaciers et la hausse du niveau marin font que l’Angleterre devient une île.
On ne trouve plus en Europe de rhinocéros et de mammouths. Les microlithes sont de petits éclats de silex travaillés. Ils servaient d’amertume (pointe des flèches, barbelures de harpons).

Déclin ou progrès

Au début on voyait le mésolithique comme une période de déclin par rapport au paléolithique (peu d’objets retrouvés). Mais en fin de compte c’est une période de progrès (arc, différentes méthodes de pêche, pirogues).

II. L’art du mésolithique : un déclin ?

L’art du mésolithique aborde des thèmes abstraits, art plus schématique, moins réaliste. Art qui apparaît sur de petits objets. Cet art peut être une innovation dû à des choix différents et à des mentalités différentes.

III. Abstraction privilégiée

Abstraction schématique et abstraite. Les galets aziliens sont des galets de rivière qui sont peints et gravés. On en retrouve en France, en Espagne, en Suisse, en Italie et en Sicile. Ponctuations, traits parallèles, zig zags. Ces motifs répétés ont suscités une interprétation : système de notation cyclique, mais impossible car tous ont étés fait en même temps.

IV. L’art du Levan : le renouveau naturaliste

Levan : région à l’est de l’Espagne, région montagneuse qui porte des peintures et plus rarement des gravures (200 abris sous roche). Ils représentent des hommes durant la chasse, mais aussi des scènes de la vie quotidienne. Stylisation des figures humaines, corps étirés et allongés, une tête aplatie et une taille marquée. Art naturaliste beaucoup plus stylisé que durant le paléolithique supérieur.

L’ART MEGALITHIQUE DE BRETAGNE

L’art mégalithique est un art gravé figurant sur une partie de monolithique. Ces blocs monolithiques servent à la construction de monuments dis monuments mégalithiques.

I. Aspects généraux

Période

Le néolithique fait suite au paléolithique et au mésolithique. Cette période est caractérisée par le développement de l’agriculture, ce qui entraîne des changements sociaux importants. Une hiérarchisation de la population se fait durant cette période. L’élite puissante et riche se fait construire des tombes monumentales.
Les mégalithes n’ont pas étés construites par les celtes.

Mégalithes

Grandes pierres (méga lithos). Il existe des monuments différents mais qui ont en commun le fait d’être construit avec de grosses pierres. Les dolmens sont des tombes (tables de pierre), ou des chambres de tombeaux. Ils sont recouverts de pierres (cairns) ou de terre (tumulus).
Les menhirs sont des pierres longues (breton), un menhir désigne le terme de pierres dressées. Ils peuvent apparaîtrent seuls ou en groupes.

Techniques

Gravure par piquetage. Percussion avec du quarts. On trouve aussi du bas relief.

Motifs

Crosse hache emmanchée hache serpentiforme « idole » « hache charrue » « cornus »

Les motifs de la charrue et de l’idole peuvent être traduits de façon différente.

II. Les tertres funéraires et les grandes stèles gravées

Ils apparaissent au milieu du 5° millénaire avant JC. Le tertre est un amas de terre de forma allongé plus ou moins rectangulaire, petite chambre fermée qui contient un ou plusieurs individus. Ce sont des sépultures aristocratiques. Ils sont accompagnés de grandes pierres dressées que l’on peut qualifier de stèles.

Grande stèle du Manio (Carnac, Morbihan)
Gravure serpentiforme. Les gravures ne sont faites que sur les grandes pierres. La plupart de ces stèles ont étés abattues et réemployées dans la construction de tombes à couloir.

Le grand menhir (Locmariaquer, Morbihan)
Stèle qui a l’origine faisait 15 mètres de haut. Motif de la hache charrue. Cette stèle n’a jamais été réutilisée.

Le mané rutal (Locmariaquer, Morbihan)
Réemployée dans la construction du toit d’une tombe à couloir. Hypothèse, se serait le culte de la déesse mère, idole de la fertilité et de l’agriculture (hache). Elle pourrait être aussi une représentation phalique opposé au tranchant d’une hache, opposition de deux forces.

Stèle de Gavrinis/ Table des marchands (Morbihan)
La stèle a été abattue et brisée a été réutilisée dans la table de Gavrinis et la table des marchands. On peut voir une hache charrue, un bovidé, un capridé, une crosse, une hache emmanchée. Hypothèse, culte à l’agriculture, charrue avec les animaux d’élevage, la crosse serait l’attribut du berger, la hache comme un des forêts pour l’agriculture. On peut aussi le traduire comme un cachalot avec deux animaux sauvages, la crosse est une arme de jet, la hache comme une arme de guerre.

III. L’art des tombes à couloir

Elles apparaissent à la fin du 5° millénaire, se sont des dolmens munis d’un couloir d’accès, Barnenez (Plovezoch, Finistère).
Dalles gravées :
Table des marchands, table de chevet ensemble de crosses sculptées en bas relief.
Le Mané Lud, table de chevet avec une hache charrue ou cachalot. Orthostat, motifs cornus assemblés, se peut être un troupeaux de cornus ou un groupe d’oiseaux. Stèle 21 on reconnaît les crosses les haches emmanchées les cornus on voit aussi un bateau avec des hommes, le carré représente la terre.
Gavrinis, art gravé original d’arceaux emboîtés parallèles. L’orthostat n°8 est organisé dans ses motifs, représentation de deux univers le monde des morts et le monde des vivants. Le serpent représente le monde des morts, animal plutonien.

IV. L’art des tombes coudées des allées couvertes

Ces tombes possèdent un couloir d’accès qui forme un coude. Apparition de motifs allongés et rectangulaires.
Allées couvertes, dolmens dans lesquels il n’y a pas de distinction entre le couloir et la chambre. Pairs de boules sculptées en bas relief représentant des seins, des motifs quadrangulaires, des motifs en dague, des haches emmanchées
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser