h.a.a
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -71%
Plaque Induction Portable Amzchef
Voir le deal
49.99

notes de cours

Aller en bas

notes de cours Empty notes de cours

Message  Admin le Lun 12 Nov - 22:47

cours du 25/09/07 au 06/11/07

Création de l’univers il y a 15 milliard d’années, la vie se développe sur terre il y a 3,8 milliard d’années.
Il y a 65 millions d’années c’est la disparition des dinosaures mais pas des petits mammifères.
L’homme a la capacité par rapport aux animaux de conquérir, créé et marcher sur ses deux pattes arrières. L’homme n’apparaît qu’il y a 7 millions d’années.

Lightfoot date la date de la création de l’univers, donc du déluge, le 17 septembre 3928 ans avant JC à 9 heures du matin. Pour Ussher le déluge date du 23 octobre 4004 ans avant JC un dimanche à 21 heures.

Au moyen age et même avant les homme collectionnais les fossiles, ont voit une accumulation importante au niveau du moyen age.

- Age de la pierre taillé
- Age de la pierre polie
- Age des métaux

Dans les sépultures néolithiques, comme celles de Cocherel (Houlbec-Cocherel) les corps sont associés à des objets.

Pour le conte de Buffon le monde date de 74832 ans avant JC, pourtant il écrit à son ami Cuvier que le monde pourrait être plus vieux encore mais qu’il ne peut le dire sans être inquiété. Cuvier lui s’intéressait aux os, il a notamment différencié le mammouth et l’éléphant en comparant les os préhistoriques.
Darwin, établit une théorie selon laquelle nous serions tous le fruit de l’évolution. En effet selon le stress et les conditions climatiques nous serions plus enclin à évoluer pour mieux nous adapter. L’être humain descendrait du singe.

L’homme de Piltdown, Charles Dawson et Arthur Smith Woodward en 1812 est une supercherie.

Dans la grotte de la madeleine on retrouve le dessin d’un mammouth avec des détails anatomiques, les seuls qui puissent dessiner ce sont l’homme, c’est donc la preuve qu’ils ont vécus ensemble.

Les Homo Habilis sont les premiers hommes à proprement parler. La théorie de l’évolution n’est non plus linéaire mais buissonnante.

L’origine de l’humanité se situerait au Tchad avec Toumaï, découvert en 2001 et qui daterait de 7 millions d’années avant JC.
Orrorin ou Ancestror millenium a été retrouvé au Kenya en 2000 et daterai de 6 millions d’années avant JC. On est sûr qu’il marchait car on a retrouvé plus d’os que ceux de Toumaï.
Le premier australopithèque retrouvé daterai de 3,11 millions d’années avant JC et serai un proche parent de l’humanité, ils ont moins évolué car ils vivaient dans des conditions agréables (forêt).
Laetoli (Tanzanie) traces de pas d’hominidés datant de 3,6 MA.

L’homme parle depuis 3 MA avec l’homo habilis contemporain de l’australopithèque car il savait tailler la pierre et le transmettre aux autres. C’est à cette époque qu’il s’isole du sol.

Homo habilis (3-1,7)
Homo herectus (1,65-0,65)

L’homo herectus est le premier homme à partir vers l’Asie et l’Europe.
Melka-Kunturé (Etiopie -1,4 MA), sol pré acheuléen.
Premier à aménager le sol et a construire des semblants de murs. L’homo herectus est un chasseur cela se voit aux vestiges d’animaux dépecés (Baragoli, Djibouti -1,5 MA). Il s’agit là d’un travail collectif pour prendre viande et peau mais aussi les tendons et les os.
Haïalo (Djibouti -1 MA), cet éléphant conserve ses connections entre les os et les membres.

Il existe des outils sur bloc, pas seulement en silex mais cette pierre reste la plus pratique. On utilise un bloc de matière martelée par un autre pour dégager des éclats et rendre la pierre tranchante.
Un polyèdre est une pierre où les éclats sont retirés de toute la surface, la pierre n’à donc plus sa forme d’origine. Son utilité est encore inconnue mais il aurait pu servir pour la chasse.
Un biface mesure entre 5 et 30cm, la base est renflouée et pointue à l’autre extrémité, percutée par un percuteur en bois pour amincir la pierre et lui rendre un coter lisse. Il servait à racler, trancher, couper à pleine main pour tailler toute sorte de choses dont du cuir.
Les plus anciennes traces remontes à 900000 ans avant notre ère, on ne trouve pas de vestiges qui remontent au-delà du million d’années. Période du paléolithique ancien.

Le feu apparaît il y a 450000 dans le finistère. On y a découvert un foyer entretenu. Il a été inventé durant le stade interglaciaire, période entre deux glaciations qui donne accès à une plus grande surface pour le voyage. Les périodes interglaciaires ont facilitées les innovations technologiques. Faire cuire la nourriture facilite l’assimilation des protéines, mais le feu a aussi servit au chauffage et à la taille des outils.
Plus forte occupation du territoire durant cette période, car durant les périodes glacières, les températures sont quasi sibériennes.

La migration de l’homo herectus se serai faite d’est en ouest à partir des alentours de la Géorgie jusqu’à la côte anglaise puis serai remontée vers le nord ouest. Le corridor entre l’Espagne et l’Afrique du nord par Gibraltar (méditerranée fermée), il s’agirai ici d’une migration sud nord ce qui pourrait expliquer l’importance des sites dans le sud de la France.
Grotte de la Vallonet (Roquebrune-Cap-Martin, Alpes Maritimes) 950000/900000, avant l’apparition du feu, on y a trouvé des outils et des pierres taillées.

Les campements organisés de Terra Amata (Nice, Alpes Maritimes), on peut voir plusieurs passages au même endroit de l’homo herectus, halte saisonnière en été et au printemps (on peut le dire grâce aux pollens). On y a trouvé des galets pour protéger du vent le foyer.
Empruntes de pas, on a aussi retrouvé des excréments humains.
Construction de cabanes en bois circulaires entourées de pierres (le foyer n’est jamais central).
Grotte de Lazaret (Nice, Alpes Maritimes), construction de cabanes acheuléennes, on y trouvé des restes humains.

Au paléolithique moyen on voit apparaître l’homme de Neandertal, c’est aussi à cette période qu’apparaissent les premières pratiques funéraires. Les migrations des hommes sont dues aux températures froides et changeantes.
L’homme de Neandertal : - gros crâne allongé et bas
- un front fuyant
- bourlets osseux
- cerveau de grande taille

L’homme de Neandertal ressemble un peut aux Inuits d’aujourd’hui (tout de même faible). L’homme de Neandertal est le premier à enterrer ses pairs. Il modifie son attirail en silex, utilisation des éclats et non plus du bloc (plus léger et donc plus pratique pour voyager).
Nouveaux outils inventés.

Débitage d’un éclat Levallois préférentiel.
Débitage Levallois récurrent centripète.

Fabrication de lames vers -90000, utilisation de nouveaux outils pour pouvoir créé des vêtements chauds pour la période glacière et pour pouvoir voyager plus léger. Il revient même sur des sites assez souvent pour la chasse.
L’homme de Neandertal se protège du climat rigoureux de la période glacière dans des grottes. Aires de dépeçage : grottes où l’on depeuçe les animaux attaqués au corps à corps avec des épieux de bois. Très mauvaises connexions anatomiques dans des aires de dépeçage.

Ils transportent tous, les peaux, les os, les outils, la viande séchée. Il y a une hypothèse qu’ils auraient puent construire un traîneau pour voyager plus facilement.
Huttes : structure souple en peaux et en os.

Problème de la mort, il faut donc gérer socialement et sanitairement, inhumation le plus loin possible de la surface. Il n’y a rien de religieux.
Dans les sépultures néandertaliennes la position du corps est plutôt replié latéralement et d’orientation est-ouest (seuls éléments qui reviennent plus d’une fois mais qui ne sont absolument pas systématique). On ne trouve que des sépultures seules à cause de la mobilité des hommes qui ne restent que temporairement sur les sites.

Homo sapiens archaïque, proche orient, inhument leurs morts au même moment que l’homme de Neandertal.

La position fléchie des sépultures néandertales est dû au sol dur des grottes on ne peut pas faire de gros trous. Grottes orientées est-ouest pour être à l’abri du vent, les corps sont enterrés contre les parois donc est-ouest.

Paléolithique supérieur, art pariétal et art mobilier.

L’homme de néandertal na disparaît pas brusquement, mais a cause de phénomènes assez complexe au cours des millénaires. Cœxistence de plusieurs espèces humaines.
Apparition d’un phénomène climatique qui aurait détruit la population néandertalienne, chasse de grands mammifères durant la période glacière, difficile adaptation au climat tempéré (hypothèse).
Peut être un mélange des néandertaliens et des homos sapiens, les caractéristiques néandertaliennes auraient disparus au fil des millénaires.
On ne sait pas vraiment pourquoi l’homme de néandertal disparaît, mais il disparaît ou est assimilé aux sapiens.

Plus forte population au sud de l’Europe durant les périodes glacières (températures).

Apparition de l’art préhistorique durant le paléolithique supérieur. Travail collectif entre les hommes pour créer les peintures sur les murs (échafaudages), il y aurait aussi un problème d’éclairage en ce qui concerne l’artiste seul, il faut donc être en collectivité pour pouvoir être éclairé dans le fond de la grotte. Instrumentations et techniques sont des instrument naturels qui ne sont pas pour la plupart présent dans les grottes, c’est donc avant même d’être une œuvre, une recherche minérale et végétale (ex : silex).
Trentaine de grottes ornées, très tôt on a envisagé une évolution de l’art du plus moche au plus beau (ça se dit pas), d’un style 1 très schématique à un style 4 avec tous les détails anatomiques.

La grotte Chauvet (vallon pont d’arc, Ardèche), aurignacien (-30000/-28000) : il pourrait y avoir un art plus ancien, qui pourrait même dater de néandertal, l’art ne serait donc pas une invention du paléolithique supérieur. Peintures datées grâce au charbon de bois (noir), l’ocre et l’oxyde de manganèse n’étant pas datables. Dans cette grotte il y a des représentations d’animaux qui n’avaient jamais été représenté auparavant.
Art basique qui ne représente ni le ciel ni la terre mais la plupart du temps des dessins schématisés.
Dans cette grotte on trouve des représentations des lionnes en mouvement dans un effet de masse courrant vers un point précis. La grotte Chauvet est une grotte de représentations monochromes, il existe peu de grottes avec des représentations polychromes.
Utilisation de la grotte et des parois ainsi que des stalactites pour représenter des animaux.
- voir grotte Chauvet

Pech Merle (Cabrerets, lot), (-25000/-23000)
Grotte Cosquer (Bouches du Rhône), solutréen (-18000/-17000)
Lascaux (Dordogne) -17000

Paléolithique supérieur, habitat funéraire.

L’habitat homo sapiens est complexe et composé de 10 à 15 individus.
Grotte de renne (Arcy sur Cure, Yonne) Châteletperronien -40000

Amoncellement de défenses de mammouths dans le Mezeritche (bassin du Dniepr, Ukraine), magdalénien. Elles permettaient de former la structure d’habitation. Première priorité, le feu, deuxième priorité les armes, l’habitation vient ensuite.
Toutes les habitation n’ont pas les mêmes formes, le diamètre diffère (4m à 8m), utilisation de fosses pour mettre les déchets des ossements d’animaux. Les individu semblaient rester assez longtemps ils n’étaient pas vagabonds comme on pourrait le penser.
On ne peut pas réellement reconstruire les tentes car il ne reste que la surface au sol.
Certains sites comme Pincevent, donne des informations sur les habitations, pendant l’occupation madgalenienne le site a bien été conservé grâce à un recouvrement régulier. Il y a du avoir une vingtaine d’occupation successive. Au bout de six ans de fouille on avait étudié que 600m².
Les activités comme la taille de silex se fait à l’extérieur. Les animaux qui ont être tué vont être ramener sur le site pour être dépecer en communauté. Le climat est encore très froid, les sites trouver sont daté du début de l’été au début de l’automne. Les bois de rennes vont servir à construire des outils pour la chasse (six mois de préparation pour transformer un bois de renne en outil). Tuer cent rennes permet d’en tuer plus la prochaine fois.
A partir de la fin du paléolithique supérieur on parle de campement saisonnier.

Les sépultures ne sont pas toutes pareilles, on peut avoir des individu sur le dos ou sur le entre les membres étiré, en position fœtale.
Dans une même tombe les corps ne sont pas forcement disposé de la même façon.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

notes de cours Empty Re: notes de cours

Message  Admin le Lun 12 Nov - 22:48

Paléolithique supérieur, production lithique osseuse.

Evolution avec la chasse, on utilise l’os et les bois. Création de nouvelles armes.
Le climat est un facteur déterminant de l’évolution de l’art et des stratégies de chasse.
Découverte durant le Châtelperronien de nouveaux outils et de silex (-36000/-35000). La pointe de Châtelperron est considérée comme un couteau et non plus une pointe, le couteau devait être emmanché. Au cours de l’Aurignacien une évolution du au changement climatique qui temps vers le climat tempéré (-35000/-27000), on travail l’os et le bois, apparition de grandes lames épaisses et plates.
Durant le Gravettien (-27000/-20000), développement des industries, apparition de grands mammifères l’armement va donc être modifié (sagaies) il faut améliorer la pénétration de l’arme de chasse dans les flancs de l’animal. Pointe en silex à l’extrémité des sagaies qui peuvent être changée au fur et à mesure de leur usure, on ne fait plus de sagaies totalement en bois car il y a un manque de bois on ne peut plus changer de sagaies aussi facilement. Au cours de cette période il y a une grande production de burins qui correspond à un accroissement de l’industrie osseuse. On trouve des lames larges et épaisses et des lames petites et fines.
Au cours du Solutréen (-19000/-15000), amélioration technique de la retouche du silex, apparition de nouvelles pointe à faces planes petites à cran, la retouche est désormais couvrante les retouches sont faites au percuteurs tendre et ils utilisent la pression afin de rendre la lame très fine. Les pointes à cran vont persistées et se multiplier, les animaux chassés ne seront pas les mêmes, on chasse beaucoup plus le bouquetin et les autres animaux du même gabarit, il faut prendre plus de temps pour produire les silex taillés. Apparition de bon tailleur comme un métier à part entière. Production d’outils en silex inutiles pour le chasseur et pour les outils, se sont des pièces inutile mais qui sont des pièces de prestige. Propulseur de bois animal, élément difficile à casser, ces propulseurs sont des biens personnels du chasseur, ils vont de temps à autre être personnalisé par certains chasseurs. On peut trouver des propulseurs pleins et des propulseurs à gouttière.
Les pointes de sagaies sont parfois réalisées en os, la neige ou la glace pouvait recouvrir les gisements de matière première.
Durant le Magdalénien (-15000/-10000), toute la production va être placée sous la production de lames, les lames larges et épaisses ne peuvent être faite que grâce à des percussions indirectes. Les lames servent à couper de la viande et dépecer les animaux. Forte pression culturelle, débitage de 16cm minimum pour une lame. Choix préçit des silex pour avoir une grande lame. A partir du magdalénien moyen on privilégie les lames, larges, épaisses, régulières et longues. Les grattoirs doubles se développent au magdalénien, ainsi que le grattoir perçoir et le grattoir burin. L’apprentissage du tailleur n’est pas fait à usage commercial. Un nouvel instrument de chasse apparaît durant le changement de période, c’est l’arc.

Le mésolithique, les derniers chasseurs cueilleurs.

Cette période est la période intermédiaire entre le magdalénien (fin du paléolithique supérieur) et le Néolithique. Il existe une phase de transition entre le paléolithique supérieur et le Néolithique. Durant cette période le contexte climatologique évolue, ils sont confronté au changement des animaux ils devront donc le chasser en milieu fermé. On commence à voir apparaître de nouveaux instruments de chasse, l’arc et la flèche. Ces arcs sont constitués de grandes branches souples (orme) avec deux encoches de façon à pouvoir y placer un morceau de silex. Les techniques de chasses sont connues grâce aux représentations graphiques du Levan. On peut voir sur ces représentations, les armes et les techniques de chasse, ils sont datés autour de -5 mille ans. Entre -10000 et -9000 ans les pays du nord de l’Europe commencent à être colonisés. On assiste à une multiplication du nombre de sites connus, on note aussi un regroupement des habitations temporaires. Les températures augmentent vers le chaud.
On peut à partir de ce moment distinguer des distinctions des groupes qui morcèlent le territoire. A partir de cette époque on peut distinguer des groupes humains. On trouve une grande tradition technique antérieure, on retrouve exactement les mêmes harpons que durant le magdalénien. Le présence de galet ornementés commençaient à exister au sud de l’Europe au magdalénien et se sont répandus à toute l’Europe durant le mésolithique. Durant cette époque les armatures de flèches commencent à se diminuer au maximum pour un tir plus efficace. Le chasseur à la nécessité de posséder plusieurs flèches dans son carquois il faut donc un maximum le plus léger possible.
Il existe une cœxistance entre galets de différente nature et de différents types.

A partir de 9000 ans avant JC on entre dans le préboréal aussi appelé période des microlithes, la faune à l’échelle de l’Europe se miniaturise, il n’existe plus de gros gibiers connus durant le paléolithique. Durant le mésolithique on commence à chasser les oiseaux. C’est aussi durant le mésolithique que la pêche est développée, c’est une pêche passive, nasse filets et aménagements de berges, la part de la pêche est très importante dans la nourriture. La technique du micro burin est une technique de grignotage par petits bouts, pour arriver à la forme de trapèze. Ces armatures microlithique sont réalisée à partir de lamelles très peu larges (maximum 2,5 cm). La production lithique est toujours la même pour le reste. Les mésolithiques se distinguent les uns des autres grâce à leur armement, forme de la pointe de flèche et de l’empennage. A partir du mésolithique on peut grâce aux armes distinguer les groupes culturels.

Durant le mésolithique moyen, la France est divisée en trois. Le Bertheaume, le Tardenoisien et le Monclusien. Les flèches sont développées et différentes suivant la région dans laquelle elle a été créée. On peut aussi voir l’apparition de super microlithique.

Au mésolithique récent on peut voir l’apparition d’un problème Européen, on voit les Néolithiques agriculteurs arrivent dans l’Europe chasseur cueilleurs qui eux se voient stresser par ces nouveaux arrivants. Il y a l’apparition de villages, d’armatures de flèches différentes (plus grandes), le mésolithique modifie totalement ses habitudes pour ressembler de plus en plus au Néolithique. Les mésolithiques se démarquent en copiant les nouveaux voisins et colonisent les autres pays Européens et se rapprochent du littoral et accroître leur consommation alimentaire surtout en matière de pêche.

Durant le mésolithique final, les armatures sont grandes mais très peu épaisses. Les Néolithiques se mettent dans le pays et s’installent de plus en plus et les mésolithiques ne savent plus comment se démarquer et s’assimiler. Deux groupes culturels différents, les Tevieciens et les Retziens. Même si il y a une acculturation les chasseurs cueilleurs veulent se différenciés des agriculteurs même dans la mort les objets retrouvé sont en rapport avec la pêche et la chasse.
Admin
Admin
Admin

Messages : 382
Date d'inscription : 01/11/2007

https://haan.keuf.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser